Kamilya Jubran

Kamilya Jubran est née en 1963 à Aakka, de parents Palestiniens qui habitent aujourd’hui l’Al-Rameh (un village palestinien du nord dans l’Al-Jaleel). Elias Jubran, le père de Kamilya, est un fabricant d’instruments traditionnels et enseigne la musique. Il a été sa première source d’éducation musicale. Dès l’âge de quatre ans, Kamilya commence l’apprentissage et l’interprétation du répertoire arabe classique égyptien. En 1982, elle rejoint Sabreen, le groupe musical Palestinien à Al-Quds-Jérusalem.En 2002, Kamilya quitte Sabreen et se dirige vers un registre musical différent avec Mahattaat, créé et enregistré à Berne. Elle tournera pendant une année avec ce spectacle dans de nombreuses villes européennes et égyptiennes. Aujourd’hui, Kamilya Jubran explore de nouveaux horizons avec sa dernière production, Wameedd. Wameedd est une symbiose dynamique et créative entre Kamilya Jubran et Werner Hasler. expérimenté.Cette création est le fruit d »une alchimie unique dans un univers harmonieux qui peut devenir une « langue » différente mais à laquelle il sera difficile de donner un nom.

Kamilya Jubran : « Je cherche des textes qui ont un engagement ou un regard vrai, honnête sur ce qui se passe, je m »intéresse à cela aussi : Qu »est ce qu »on écrit aujourd »hui ? Qu »est ce que les écrivains ont à dire ? Les écrivains arabes, mais pas seulement arabes, les écrivains du monde entier.
Par exemple : Paul Shaoul, c »est un poète libanais que j »ai rencontré en Jordanie il y a trois ans. Lui, il écrit beaucoup sur la torture que la guerre civile au Liban a fait subir aux gens. Ce sont des textes, – des « délires » même – de douleur ou de souffrance qui déchirent l »être humain. »

Previous Fermin Muguruza, en jam session avec des artistes palestiniens
Next Expo Sohail Salem à Villefranche de Rouergue

About author

A lire aussi ...

Culture

PEC 2015 : Mira Abu Hilal & Habib Deek

 Extrait de la vidéo du concert de Mira Abu Hilal & le formation de Habib Deek. A savourer !

Abdulrahman Katanani surprend la Fiac

15.10.2012 | 21.10.2012 « Il y a toujours un message, ou une cause, caché derrière tout ce que l’enfant palestinien fait, même en jouant tout simplement ». A Katanani  Abdulrahman Katanani

Patrimoine O Commentaire

Battir, la civilisation romaine au coeur de la Palestine

Lena Odgaard | Journaliste indépendant danois basé à Ramallah en Cisjordanie Le Musée culturel et historique Réserve de Garni (Arménie) et le paysage culturel palestinien de Battir se partagent cette

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!