Ville et patrimoine en Palestine

Ville et patrimoine en Palestine

Une ethnographie des savonneries de Naplouse,
de Véronique Bontemps

« Elle a été bénie cette ville au savon merveilleux
Il fit sa fierté parmi les villes et les pays
Les esprits ont cherché en vain sa formule
Et le secret resta caché, spirituel
Un diadème [tawq] de perfection l’a embelli
Et sa façon n’est que perfection
Mais son savon, et nul étonnement,
Deux diadèmes [Tûqân] l’embellissent
dans sa perfection »
Fadwa Tûqân

L’admission de la Palestine comme membre de l’Unesco, le 31 octobre 2011, a réaffirmé le caractère éminemment politique de la reconnaissance internationale des objets du patrimoine palestinien, au coeur du conflit de légitimité territoriale avec l’État d’Israël. Cet ouvrage aborde le patrimoine palestinien par les pratiques ordinaires, en décalage par rapport aux enjeux politiques dont il se trouve immédiatement investi : il décrit le quotidien des dernières savonneries encore en activité à Naplouse, et en particulier de l’une d’entre elles, la savonnerie Tûqân.

Naplouse et le savon

L’industrie du savon à l’huile d’olive a occupé une place privilégiée dans l’économie de la ville de Naplouse. Production artisanale et villageoise traditionnelle, la fabrication de savon est devenue une industrie citadine qui connut son apogée au tournant du XXe siècle, contribuant à la richesse et au prestige des grandes familles de propriétaires. Aujourd’hui, malgré son déclin, le savon de Naplouse reste un symbole et un marqueur essentiel de l’identité de la ville.

En s’appuyant sur une enquête ethnographique menée de 2004 à 2007 dans la Naplouse de la seconde Intifada, Véronique Bontemps analyse la manière dont s’imbriquent au quotidien activités productives, pratiques de sociabilité et construction d’un rapport au patrimoine. À travers la description du petit monde de la savonnerie, elle aborde les difficultés d’une industrie locale en période de crise, les usages actuels de « leur » savon par les habitants de Naplouse (ou par ces nouveaux acteurs du patrimoine que sont les ONG), les mutations de la notabilité citadine, les savoir-faire et mémoires ouvriers, ou encore les recompositions des critères de la grandeur familiale en Palestine. Dans le contexte de bouclage des Territoires palestiniens occupés, on découvre les réalités d’un quotidien marqué par l’enfermement et la contrainte, mais également par l’inventivité et les pratiques de débrouille.

Véronique Bontemps est anthropologue et post-doctorante à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), en poste à Amman à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, Jordanie). Elle travaille actuellement sur les circulations palestiniennes entre la Cisjordanie et la Jordanie, et partage son temps entre Amman et Naplouse.

Info

ISBN 9782811106829
Nombre de pages 348
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2012
Date de publication 04/10/2012

Editeur : Karthala
Collection : Terres et Gens d’Islam
Acheter en ligne chez Karthala | 29.00 €

Previous "Cinq caméras brisées" sur France 5
Next Sanaa Moussa

About author

A lire aussi ...

Palestine O Commentaire

Al Koufiyeh en exclusivité à Palestine en campagne

Depuis 1992, date de sa création avec les enfants du camp des réfugiés palestiniens « Ain Al Hilweh » au Liban, la compagnie Al Koufiyeh arpente les scènes du monde

Patrimoine O Commentaire

La medjoul de Palestine, reine des dattes

C’est une variété de grosse, d’énorme datte (la plus grande qui existe) qui est extrêmement moelleuse et charnue. Ces qualités viennent du fait qu’elle est récoltée lorsqu’elle arrive à maturité

Patrimoine O Commentaire

Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante

par Sonia Nettnin, Ramallah Online Art de la résistance ou résistance par l’art ? Vera Tamari avait réalisé une installation assez troublante dans les rues de Ramallah ;  laquelle représentait

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!