Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante

Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante

par Sonia Nettnin, Ramallah Online

Art de la résistance ou résistance par l’art ?

Vera Tamari avait réalisé une installation assez troublante dans les rues de Ramallah ;  laquelle représentait une file de voitures détruite lors de l’invasion de Ramallah l’armée israélienne en Avril 2002, pendant que les IsrVeraTamariaéliens se redéployaient dans toute la Cisjordanie.

Les Israéliens, totalement furieux de cette initiative, sont venus avec leurs chars le jour du vernissage de cette installation  et sont passés plusieurs fois sur les voitures déjà détruites… Détruisant l’installation artistique qui ne prétendait être qu’un symbole du quotidien du peuple palestinien.

Vera Tamari

Artiste plasticienne, historienne de l’art islamique, professeur d’art et commissaire d’exposition, Véra Tamari est née à Jérusalem en 1944 ; elle vit et travaille aujourd’hui  à Ramallah.
Diplômée des beaux-arts du Collège de Beyrouth pour les femmes, au Liban, en 1966, , elle poursuivit un cursus en étude de la céramique à Florence de 1972 jusqu’en 1974. Elle a déjà à son actif une bonne dizaine de participations à des expositions collectives en Palestine et à l’étranger, en plus d’un certain nombre d’expositions personnelles. Elle obtint en 1984 une maîtrise en philosophie de l’art et d’architecture islamiques de l’Université d’Oxford. Actuellement chargé de cours d’art et d’architecture islamiques, elle est aussi le fondatrice et directrice du Musée d’ethnographie et d’art et dans la Galerie virtuelle de l’Université de Birzeit.

En tant qu’artiste, elle s’est spécialisée dans la sculpture en céramique et dans  l’art conceptuel. Son travail se concentre sur les questions de la mémoire et de l’identité. Vera Tamari est activement impliquée dans la promotion de l’art et de la culture en Palestine . elle a aussi écrit plusieurs articles et essais sur l’art islamique et l’art et la culture palestinienne.

Gallerie de l’Université de Birzeit
http://www.virtualgallery.birzeit.edu/

Previous Copinage & Concubinage : Diwan Voyage
Next Hani Zurhob , de la figuration à l'abstraction

About author

A lire aussi ...

Une histoire du keffieh, mais ….

Le keffieh est la coiffe traditionnelle des paysans et des Bédouins palestiniens. Il permettait de distinguer les citadins des ruraux. Le keffieh appartient à toute la population arabe  de la péninsule

Palestine O Commentaire

La cuisine palestinienne aux « Voix Vives » 2012 à Sète

Le Festival « Les Voix Vives de Méditerranée » aura donné l’occasion cette année aux poètes, habitants et touristes étant présents l’occasion de faire connaissance avec la cuisine palestinienne.   L’association Le Philistin

A la une

Les frères Nasser sautent sur le Festival de Cannes !

Gaza.  Un huis clos dans un salon de coiffure pour dames qui prouve que « se faire les ongles en pleine guerre à Gaza, c’est déjà résister« . Dramatique ou cocasse. En

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!