Un orchestre national palestinien…

Un orchestre national palestinien…

L'orchestre national palestinien

BETHLÉEM (Ma’an) – un Orchestre national palestinien nouvellement formé exécutera son premier concert le Jour de l’an.

Son programme inclut la nouvelle et ancienne musique classique palestinienne, à côté de quelques classiques européens comme Mozart, Beethoven et Ligeti, selon les précisions des organisateurs.

De nombreux musiciens, formant ensemble le premier orchestre palestinien depuis 1948, sont d’origine palestinienne et se produisent dans des salles de concert et d’opéras. D’autres sont des musiciens classiques qui travaillent comme professeurs et interprètes dans des institutions de musique palestiniennes.

Ses membres se sont régulièrement produits dans les orchestres leaders mondiaux, selon la déclaration. Certains sont les membres de la Diaspora palestinienne qui ne sont jamais allé en Palestine précédemment.

L’orchestre du Conservatoire national de Musique est l’initiative d’Edward Said le, qui a fondé l’Orchestre de la Jeunesse Palestinienne.

Le Chef d’orchestre suisse Baldur Brönnimann a été invité afin de diriger ce premier concert ainsi que la jeune soprano palestino-japonaise Mariam Tamari.

Baldur Brönnimann a travaillé comme directeur de musique de l’Orchestre Symphonique national Colombien depuis 2008.

Tamari, basée à Paris, a interprété différentes pièces dans des opéras au Japon et l‘Union européenne. Elle est une soliste de concert régulière au Japon et en U.E.. Des rôles récents ont inclus Adina dans Donizetti ‘ L’Elisir d’Amore ‘ et Jeanne dans Honneger ‘ Jeanne d’Arc au Bûcher ‘.

La série de 3 jours de concerts commence le 31 décembre à Ramallah suivi par Jérusalem et ensuite Haifa.

Previous Centre d'études palestiniennes à New York
Next Fadwa Tuqan et la poésie arabe

About author

A lire aussi ...

Personnalités O Commentaire

Sahar Khalifa, une nostalgie palestinienne

En 60 ans de vie, Sahar Khalifa n’a quitté la Palestine que pour aller préparer un doctorat aux Etats-Unis. Cela a duré sept ans, durant lesquels son pays resurgissait dans

Palestine O Commentaire

"L’Histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953"

de Sandrine Mansour Merien, Docteur en histoire contemporaine Le livre L’auteur, historienne palestinienne, y développe une approche différente et nouvelle des conflits arabo-sionistes, et replace la Catastrophe, traduction française du

Silence, la machine à censure va sévir …

Oui le machine est lancée ; faire taire Ahlam Shibli. Le travail de la photographe palestinienne provoque la colère du Crif ; comme toujours avec à peu prés les même

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!