UBS coupe les ponts avec la Palestine

UBS, réseau de bas présent notamment en Suisse, aux Etats Unis et au sein de l’UE décide, aprés la Syrie et l’Iran de couper les ponts avec la Palestine ; mais qui a dfit que l’argent n’avait pas d’odeur ?

«Nous vous confirmons qu’UBS n’exécute plus de transactions en relation avec la Palestine.» En recevant un courrier d’UBS qui débute par cette phrase, une cliente d’UBS est tombée à la renverse. Cette Vaudoise voulait s’acquitter par virement de sa cotisation au Collectif Urgence Palestine -Vaud. L’argent n’est jamais parti.

Ladite personne a demandé alors des explications à l’agence de Vevey d’UBS où elle dispose de son compte. Dans une lettre cosignée par le chef d’agence et la responsable du «team clientèle privée», il lui a été répondu que la décision de rompre les liens avec la Palestine «a été prise après une évaluation prudente des chances et risques des relations d’affaires avec les Territoires palestiniens».

Le précédent iranien

Faut-il voir dans cette attitude une relation de cause à effet avec les tensions fiscales qui ont opposé UBS aux Etats-Unis depuis 2008? Une sorte d’«un prêté pour un rendu»? Le cas susmentionné ne serait pas isolé, en tout cas. Il se serait reproduit avec d’autres clients d’UBS à Genève et Bâle, notamment.

De fait, la rupture avec la Palestine n’est pas un précédent. En 2006, UBS avait déjà rompu tout lien avec l’Iran et la Syrie. Elle invoquait les mêmes raisons: «Une analyse des risques…» Il en découle qu’UBS ne veut plus commercer avec des individus, des sociétés ou des institutions telle que la Banque centrale d’Iran. En revanche, les Iraniens en exil ne sont pas concernés par le boycott.

Décision en 2008

En mai 2008, des victimes d’attentats en Israël remettaient la compresse en attaquant UBS aux Etats-Unis. Ils réclamaient 50 millions de dollars à la banque suisse, l’accusant d’avoir aidé à financer des attaques en faisant affaires avec l’Iran.

Porte-parole d’UBS, Jean-Raphaël Fontannaz apporte quelques précisions: «La décision d’UBS de limiter les versements à destination de la Palestine  remonte déjà à septembre 2008. Celle-ci n’est pas liée à des motifs politiques, mais à une appréciation des risques liés à de telles transactions. Notamment en lien avec des décisions internationales en matière de sanctions et d’embargo.»

Il ajoutait: «Les versements destinés à des organisations humanitaires reconnues, telles que la DDC, le CICR, Caritas, l’ONU – y compris à l’intention de leurs employés sur place – ont continué d’être exécutés même après l’adoption de règles plus sévères en septembre 2008.»

Source :  la méduse

Previous Najwa Najjar, le glamour palestinien
Next Le zoo de Qalqilia en pleine forme

About author

A lire aussi ...

Général O Commentaire

Naplouse, coeur économique de la Palestine

Naplouse (appelée parfois Napoulous) est une ville palestinienne au nord de la Cisjordanie, à environ 63 kilomètres de Jérusalem. Avec une population de 134,000 habitants, Naplouse se situe dans un

Personnalités O Commentaire

Le psychiatre palestinien Eyad El-Sarraj a reçu le prix Olof Palme

Eyad el Sarraj, pédopsychiatre palestinien, est connu mondialement pour son engagement auprès des victimes de la torture à Gaza. Le prix Olof Palme 2010 a été décerné au psychiatre et

« Cinq caméras brisées » sur France 5

09.10.2012 | 21h20 Documentaire de 52′ de Emad Burnat et Guy Davidi Coproduit par Alegria Productions / Burnat FIlms Palestine / Guy Dvd Films, avec la participation de France Televisions

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!