Tournée Handala en France

Sur scène, le petit garçon se tient debout, les mains croisées, dans le dos. Jamais il ne se tournera vers le public, sauf à la fin, pour le saluer, radieux. Les autres membres de la troupe – sept adultes – ont la mine plutôt grave. Ce qui vient de se jouer n’est pas qu’une pièce de théâtre mais un acte de résistance pour montrer une autre Palestine.

Abdelfattah Abusrour, fondateur du centre culturel Al-Rowwad, situé dans le camp de réfugiés palestiniens Aïda, proche de Bethléem, est arrivé sur le sol français avec sa troupe, mardi 14 juin. La tournée a commencé le 16 au soir, à Juvisy-sur-Orge (Essonne). Jusqu’au 12 juillet, les comédiens enchaînent une quinzaine de dates en France et au Luxembourg, avec deux haltes parisiennes : le 29 juin, dans la salle Jean-Dame (2e arrondissement), le 12 juillet, au Studio de l’Ermitage (20e arrondissement). Les prochaines étapes sont, le 19 juin, à Cruas (Ardèche), le 20 à Nîmes (Gard), le 22 à Lodève (Hérault), etc.

Sur scène, le personnage est incarné par le fils aîné du metteur en scène, Canaan Abusrour. Les autres acteurs ne sont pas des professionnels : certains sont étudiants, d’autres ont un emploi salarié. La seule femme de la troupe, Hala Yamani, enseigne la dramaturgie à la faculté de Bethléem.

La vie du centre culturel Al-Rowwad – qui signifie « les pionniers » – relève presque du miracle. Abdelfattah Abusrour, 47 ans, né dans le camp Aïda, l’a fondé en 1998. Il a vécu en France de 1985 à 1994, durant ses études de biologie. C’est là, dit-il, qu’il a découvert le théâtre. De retour dans le camp, le déclic s’est produit : les arts de la scène sont devenus, à ses yeux, le symbole d’une « belle résistance ».

En 2005, il arrête de donner des cours de biologie à l’université de Bethléem pour se consacrer au centre culturel. « Je touche un salaire, ou pas. Mais, avec, ou sans argent, on travaille », sourit-il. A l’écouter, Al-Rowwad est devenu une ruche que rien ne semble pouvoir arrêter. Avec la deuxième Intifada, en 2000, le centre culturel a pu se transformer en « clinique d’urgence ou en école », mais les activités artistiques ont toujours repris le dessus. M. Abusrour les énumère : en plus du théâtre, l’équipe a développé des ateliers de photo et de vidéo, un festival de cinéma en plein air, avec projections « sur le mur de séparation érigé par Israël ». Les « pionniers » sont aussi à l’origine du « premier programme de sport pour les femmes », et d’une »ludothèque mobile » à l’attention des enfants.

Le camp Aïda, précise-t-il, compte 5 000 habitants, dont les deux tiers ont moins de 18 ans. Le chômage touche 77 % des adultes. « Les médias nous désignent comme des terroristes. Avec Al-Rowwad, nous voulons montrer que nous sommes des êtres humains. »  (Le monde)

Prochaines dates

01/02/2011 : Nogent/Oise (60)
Info : 06 80 16 11 84
jb.rieunier@nogentsuroise.fr

02/07/2011 Villers-Saint-Paul (60)
Info : 03 44 74 04 92

04/07/2011 Quetigny (21)
Info : 03 80 46 20 73
marite.dupraz@free.fr

05/07/2011 Strasbourg (67)
Info : 06 08 02 18 33
lecollectifsbg@yahoo.fr

07/07/2011 Luxembourg [ Fondation Pescatore ]
Info : 00 352 47 08 95 1
ticketlu@pt.lu

12/07/2011 Paris (75)
Rencontre et débat avec le Théâtre de la Liberté de Jénine
Studio de l’Ermitage (20e)

Previous Le Knafeh de Naplouse
Next Contes palestiniens

About author

A lire aussi ...

Agenda O Commentaire

Le Philistin à la fête de l’Huma 2010

Comme l’année 2009, nous serons présents à la Fête de l’Humanité dans le Village du Monde avec les associations  Génération Palestine, CCIPPP, UJFP et notre libraire préféré Envie de Lire.

Cinéma

Samih Al-Qassim, un poète, un résistant

Samih Al-Qassim est né en 1939 dans la ville jordanienne de Zarkah, où son père, capitaine de l’armée des frontières, était en garnison. Originaire de Ramallah, ses parents sont issus

Wafa Hourani, le futur d’aujourd’hui

Qalandia 2087 | Installation en 6 parties, technique mixte, son, dimensions variables « Dans Qalandia 2087, Wafa Hourani nous propose la vision futuriste de ce lieu cent ans après la première Intifada

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!