Tournée Al Manara & Dal’ouna

Tournée Al Manara & Dal’ouna

Le bouzouq de Ramzi Aburedwan semble conter des souvenirs. On l’entend. Il met du cœur dans sa musique. Ramzi Aburedwan, joueur d’alto et de bouzouq, formé à Ramallah et à Angers, travaille sur plusieurs fronts. Directeur artistique de l’Ensemble national de musiques arabes de Palestine, il est aussi leader des groupes Dal’Ouna et Al Manara.
Sa musique se conjugue à un engagement solidaire rare. Il a fondé l’association Al Kamandjati (الكمنجاتي, le violoniste), qui « soutient l’éducation et la scolarisation des enfants palestiniens en leur facilitant l’accès à la musique. »

Al Kamandjati, passeur éducatifunnamed

Al Kamandjati associe un rôle éducatif à un engagement réfléchi pour la vie culturelle de la nation palestinienne occupée, ceci à travers des actions dans trois pays : Palestine, Liban et France. Au cœur d’Al Kamandjati, il existe trois écoles de musique à Ramallah, Jénine et Deir Ghassanah. Elles s’adressent à des enfants démunis, en particulier des camps de réfugiés. Ceux-ci peuvent étudier différents types d’instruments dont le violon, la violoncelle et le piano. On leur enseigne le solfège, la rigueur, le travail. On leur donne les clés pour ouvrir des horizons vers leur culture et vers l’occident. Au total, ce sont plus de 500 jeunes de Deir Ghassana, Ramallah, Jenin, Gaza et, au Liban, des camps de réfugiés de Bourj el Barajneh et Chatila qui profitent de ces enseignements et s’initient à la musique. En plus de ce travail à long terme, Al Kamandjati mène de nombreux projets et événements : ateliers de découverte musicale, ateliers de lutherie, camps d’été, concerts et organisation de festivals.

L’association est aussi implantée en France où elle organise notamment le concert annuel Musiciens pour la Palestine à Angers et aide quelques étudiants à venir prolonger leur formation dans des conservatoires français. Cette aventure, débutée en 2002, matérialise une musique-pont entre les hommes qui s’évadent et se rencontrent. Elle est un pont vers la mémoire, la culture et l’histoire palestinienne. Sans eux, l’affirmation d’une appartenance nationale n’est pas complète. En cela, Al Kamandjati incarne une résistance pacifique, un engagement en faveur de cet aspect précieux et indispensable de l’identité du peuple palestinien.

Al Kamandjati, Dal’Ouna, Al Manara et l’Ensemble national de musiques arabes de Palestine laissent percevoir chez Ramzi Aburedwan une motivation débordante et un engagement passionné pour la mémoire, la culture et le partage. Pour finir, visionnez un extrait du nouveau documentaire sur Al Kamandjati, Just Play, qui vient de traverser l’océan pour participer au Festival du film de Palestine à Chicago.

Dates & lieux

  • Le Vendredi 30 Janvier 2015 à 20h, à l’Eglise de Saint-Josse-ten-Noode – Belgique (avec le spectacle Al Manara)
  • Le Samedi 31 Janvier 2015 à 20h30 à la salle des Malassis de Bagnolet – France, avec l’ensemble Dal’ouna. Plus de détails ici
  • Le Mardi 3 Février 2015 à 18h à la Maison de la Culture et de la Cohésion sociale de Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles, avec:
    • à 18h, la projection du film Just Play. Voir la bande annonce.
    • à 19h, concert classique maison avec le quatuor Madera
    • à 20h, concert avec l’ensemble Dal’ouna
    • Pour plus d’informations sur la journée du 3 Février, cliquez ici.
Previous Expo "L'autre visage de la Palestine" à Grenoble
Next Gaza got talent

About author

A lire aussi ...

Agenda

Marcel Khalifé, "La chute de la lune"

Hommage à Mahmoud Darwich Artiste engagé pour la paix et figure emblématique de la musique arabe du Moyen-Orient, Marcel Khalifé nous en donne une nouvelle preuve avec ce projet qui

Battir, la civilisation romaine au coeur de la Palestine

Lena Odgaard | Journaliste indépendant danois basé à Ramallah en Cisjordanie Le Musée culturel et historique Réserve de Garni (Arménie) et le paysage culturel palestinien de Battir se partagent cette

Personnalités O Commentaire

Edward Saïd, un intellectuel palestinien du XXème siècle

Saïd est né à Jérusalem le 1er novembre 1935. Son père était un homme d’affaire palestinien chrétien riche et un citoyen américain tandis que sa mère est née à Nazareth