TAREK BAKRI

tAREK bTarek BakriEst ingénieur en informatique né à Jérusalem en 1986. Il a terminé ses études à l’université Alahlya à Amman. L’idée de documenter les villages déplacés palestiniens s’est formé  après son retour en Palestine et ses contacts avec les refugiés palestiniens de la diaspora. Il a lancé cette  initiative personnelle c’est par l’image qu’il concentre la documentation des villages détruits en 1948, des maisons et des monuments palestiniens que les occupants ont pris et des anciennes photos du même endroit avant la Nakba afin de prouver le droit au retour des palestiniens.

Albakri a documenté jusqu’à maintenant des photos et des histoires de plusieurs villages détruits dans toute la Palestine. Il documente son projet également oralement. Il a commencé à travailler ce projet dans les camps de la diaspora avec la génération qui a vécu le Nakba.

Il a participé aux plusieurs expositions et conférences dans les pays  arabes et européens. Il publie chaque mois sur son travail.

Il a obtenu le prix de la culture à Jérusalem 2018.

Bakri travaille individuellement et bénévolement. Il croit que ce qu’il fait ce n’est pas un travail c’est un devoir humain et national et que la mémoire est un droit humanitaire et indéniable. Pour Tarek, la mémoire c’est l’identité.

Previous SANTUKA

About author

A lire aussi ...

Culture

Les chebabs de Yarmouk

Synopsis Les « chebabs » de Yarmouk, c’est avant tout une bande de potes, qui se connaissent depuis l’adolescence… Dans le plus grand camp de réfugiés palestiniens du MoyenOrient, créé

Général O Commentaire

Boycott culturel : interview de Roger Waters

« Le mur a des oreilles ; conversations pour la Palestine » parle à Roger cialis canadian pharmacy Waters, star du Rock et fondateur de Pink Floyd. Quand avez-vous décidé

Pec

ABEER HAMAD

Abeer Hamad est née en exil. Ses parents sont originaires du village de Maythaloun (District de Jenin, ci-Jordanie). La famille Hamad est contrainte de fuir vers la Jordanie durant la guerre