Sauver la plus vaste mosaïque du monde à Jéricho

Recruté par l’Unesco et l’Autorité palestinienne, l’architecte suisse Peter Zumthor a pour ambition de sauver la plus vaste mosaïque du Moyen-Orient, sinon du monde, dans les ruines du Palais d’Hisham, un joyau omeyyade du 8e siècle près de Jéricho (Cisjordanie).

Peter Zumthor, prix Pritzker 2009 (l’équivalent d’un Nobel de l’architecture), a récemment présenté aux pays donateurs son projet de « Maison des Mosaïques » pour mettre en valeur ce site archéologique, un des plus riches de Palestine, au nord de l’oasis de Jéricho.
Le Bâlois de 67 ans, qui se décrit comme un « auteur architecte », a commencé à travailler sur le concept en 2006. Plutôt que de restauration, il préfère parler de « reconstruction émotionnelle ».

Son but est de « recréer l’atmosphère originelle de l’endroit, une cité de loisirs, pour en faire un lieu emblématique de Jéricho », une des plus vieilles villes du monde qui célèbre son 10.000e anniversaire.
Les ruines du palais d’Hisham, construit sous l’Empire omeyyade (661-750 après JC), s’étendent sur 60 hectares à Khirbat al-Mafjar, à l’ouest de la vallée du Jourdain, à 260 mètres sous le niveau de la mer.

Le site a été découvert en 1873 et les premières excavations scientifiques effectuées dans les années 1930 par l’archéologue anglais Robert W. Hamilton, pendant le mandat britannique en Palestine.  Représentatif des débuts de l’architecture islamique, ce palais d’hiver se compose d’une résidence de plusieurs étages, une cour à portiques, une mosquée, une fontaine et surtout un hammam sur le modèle des bains romains.

Longtemps attribué au 10e calife de la dynatie des Omeyyades, Hisham bin Abed el-Malik (724-743), il semble que ce soit son neveu et successeur al-Walid II qui l’ait bâti vers 743-744, et habité.

Palais inachevé, il fut détruit par un tremblement de terre vers 749.
« Le site archéologique du palais d’Hisham est une priorité pour l’Unesco. Il a le potentiel d’être classé au patrimoine mondial de l’Humanité », affirme Louise Haxthausen, directrice du bureau de l’Unesco à Ramallah (Cisjordanie). Renommé pour sa profusion de mosaïques, il recèle un célèbre « Arbre de Vie », au pied duquel paissent paisiblement deux gazelles tandis qu’un lion dévore une troisième, allégorie de la paix et de la guerre.
Le hall du Grand bain offre, sur 850 m2, la mosaïque au sol la mieux préservée du Moyen-Orient, sans doute la plus étendue du monde, selon les experts. Ses motifs géométriques sont aujourd’hui recouverts d’une couche de sable pour leur protection.

Afin de préserver le pavement coloré du soleil, de la pluie et des vents de sable, et recréer un espace architectural, Peter Zumthor, qui doit sa renommée à des édifices religieux ou culturels, a conçu une structure de bois baptisée « Maison des Mosaïques ». Il a imaginé un treillage de poutres en cèdre du Liban reposant sur les 16 piliers en béton renforcé encore debout du palais.
Cet abri de 18 m de haut, de plus en plus allégé au fur et à mesure qu’avance le projet, afin d’en réduire le poids, sera recouvert de textile blanc. L’ensemble filtrera la lumière naturelle et assurera la ventilation.

« Mais tout est encore susceptible de changer », insiste l’architecte. A l’intérieur, sont prévues des passerelles à 3,5 m du sol pour que les visiteurs n’abîment pas les tesselles. A l’extérieur, deux jardins seront redessinés par le paysagiste français Gilles Clément.
Le coût global du chantier est de 10 à 15 millions de dollars, dont 4 millions pour les deux prochaines années, selon l’Unesco. La construction proprement dite devrait démarrer en 2013.
Il s’agit du projet d’investissement culturel le plus important à ce jour dans les Territoires occupés, selon le ministère du Tourisme et des Antiquités de l’Autorité palestinienne.
L’un des intérêts de la « Maison des Mosaïques » est qu’elle pourrait servir de « modèle » pour la préservation d’autres sites archéologiques.

Previous Le psychiatre palestinien Eyad El-Sarraj a reçu le prix Olof Palme
Next Le Knafeh de Naplouse

About author

A lire aussi ...

Palestine O Commentaire

Ahmad Dari à la Blaiserie à Potiers

Ahmad Dari (oud) et Youssef Zayed (percussion) 21/03/2013 | au Centre socio-culturel de La Blaiserie de Poitiers En solidarité avec le détenu politique palestiniens  Sameer Issawi dans les prisons israéliennes

Culture

Iyad Ramadan Sabbah, l’iconoclaste !

Professeur d’art plastique à l’université Al-Aqsa de Gaza, Iyad a installé ses statues en fibre de verre recouvertes d’argile, dont certaines sont constellées de taches de peinture rouge, à proximité

Général O Commentaire

« Chemin de Palestine » avec Diwanvoyage

Les séjours proposés par diwanvoyage sont une invitation à une découverte authentique de la Palestine. Au programme, la découverte de sites, de lieux incontournables et hors des sentiers battus, mais

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!