La résistance palestinienne récompensée au Feofd

La résistance palestinienne récompensée au Feofd

La 2e édition du Festival Europe-Orient du film documentaire, un événement initié par l’Association marocaine des études médiatiques et des films documentaires (AMEMFD), a remis son Grand Prix le 13 septembre à Asilah au film palestinien « Naji Al Ali dans le giron de Handala » du réalisateur Faiq Jarada.

Ce film est dédié au caricaturiste Naji Al Ali, qui a lutté contre l’occupation israélienne à travers ses œuvres. Le réalisateur marocain Ayoub Layoussifi a pour sa part reçu une mention spéciale pour son documentaire « Dis-moi Mohamed« .

La Palestine, qui était l’invité d’honneur de cette édition, était en compétition avec la Chine, l’Espagne, la France, l’Algérie et l’Irlande, et le Maroc dans ce festival qui a pour but de contribuer au dialogue des cultures et des civilisations par le biais du film documentaire.

Le festival a également récompensé du prix du meilleur réalisateur le documentaire « La tortue qui a perdu sa patte » de la réalisatrice allemande d’origine palestinienne, Bary Kalkili, alors que le film espagnol « Google le cerveau du monde » du réalisateur Ben Lois a remporté le prix du scénario. Le film « Touche » du réalisateur chinois Zaho Lian s’est vu décerner le prix de la critique.

Quant au prix du jury, il est revenu au documentaire « El Gusto » de la réalisatrice irlandaise, Safinez Bousbia. Le jury de cette 2e édition était composé de Kamal Abdelaziz, directeur de la photographie (Egypte), Dominique Gros, réalisatrice de films documentaire (France), Julio Asquerate, photographe, journaliste et réalisateur de films documentaires (Espagne), et Ovidio Salazar, réalisateur du film documentaire « Abou Hamid Al Ghazali » (Angleterre).

Previous Le Philistin à l'Huma 2014, avec Michel Collon et Radja Abou Dagga
Next Expo-concert « Sur mon Chemin » à Toulouse

About author

A lire aussi ...

Général O Commentaire

Omar de Hany Abu-Assad, un pur film de genre palestinien

Omar, le dernier film d’ Hany Abu-Assad, fait parler de lui parce qu’il est un des premiers films à être 100% produit par l’industrie du cinéma palestinienne. Il prouve alors

Agenda

Le festival Palest’ [in] & Out, c’est maintenant à l’IMA

« Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le

Sahar Khalifa, une nostalgie palestinienne

En 60 ans de vie, Sahar Khalifa n’a quitté la Palestine que pour aller préparer un doctorat aux Etats-Unis. Cela a duré sept ans, durant lesquels son pays resurgissait dans