La résistance palestinienne récompensée au Feofd

La résistance palestinienne récompensée au Feofd

La 2e édition du Festival Europe-Orient du film documentaire, un événement initié par l’Association marocaine des études médiatiques et des films documentaires (AMEMFD), a remis son Grand Prix le 13 septembre à Asilah au film palestinien « Naji Al Ali dans le giron de Handala » du réalisateur Faiq Jarada.

Ce film est dédié au caricaturiste Naji Al Ali, qui a lutté contre l’occupation israélienne à travers ses œuvres. Le réalisateur marocain Ayoub Layoussifi a pour sa part reçu une mention spéciale pour son documentaire « Dis-moi Mohamed« .

La Palestine, qui était l’invité d’honneur de cette édition, était en compétition avec la Chine, l’Espagne, la France, l’Algérie et l’Irlande, et le Maroc dans ce festival qui a pour but de contribuer au dialogue des cultures et des civilisations par le biais du film documentaire.

Le festival a également récompensé du prix du meilleur réalisateur le documentaire « La tortue qui a perdu sa patte » de la réalisatrice allemande d’origine palestinienne, Bary Kalkili, alors que le film espagnol « Google le cerveau du monde » du réalisateur Ben Lois a remporté le prix du scénario. Le film « Touche » du réalisateur chinois Zaho Lian s’est vu décerner le prix de la critique.

Quant au prix du jury, il est revenu au documentaire « El Gusto » de la réalisatrice irlandaise, Safinez Bousbia. Le jury de cette 2e édition était composé de Kamal Abdelaziz, directeur de la photographie (Egypte), Dominique Gros, réalisatrice de films documentaire (France), Julio Asquerate, photographe, journaliste et réalisateur de films documentaires (Espagne), et Ovidio Salazar, réalisateur du film documentaire « Abou Hamid Al Ghazali » (Angleterre).

Previous Le Philistin à l'Huma 2014, avec Michel Collon et Radja Abou Dagga
Next Expo-concert « Sur mon Chemin » à Toulouse

About author

A lire aussi ...

Général

La troupe nationale palestinienne de dabké

  Crée en 1970, l’école de dabké nationale palestinienne est basée à Ramallah. Elle a pour but de transmettre l’héritage culturel palestinien, c’est pourquoi elle initie les jeunes de toutes

Culture O Commentaire

Le boycott d’Utopia

Par une lettre adressée à Madame Anne-Marie Faucon, co-fondatrice du réseau Utopia suite à leur décision de déprogrammer un film israélien mais en passer un autre, Frédéric Mitterrand, Ministre de

Culture O Commentaire

Boycott Utopia : et les artistes israéliens alors …

Et bien certains d’entre eux applaudissent à la décision des cinémas UTOPIA, qui ont déprogrammé un film israélien en apprenant l’assaut israélien contre la flotille de la liberté. Ils dénoncent