Rashid Masharawi : une identité palestinienne

Rashid Masharawi est né en 1962 dans le camp de réfugiés de Shati (Bande de Gaza, Palestine), où il a vécu jusqu’en 1980. Il commence à travailler dès l’âge de 14 ans, d’abord comme laveur de vaiselle, puis comme ouvrier du bâtiment sur des chantiers à Tel-Aviv (Israël).
En 1980, il refuse le destin palestinien tout tracé d’ouvrier et décide de se consacrer au cinéma et à la création audiovisuelle. Il travaille pendant quelques années comme assistant décorateur sur les tournages de plusieurs films avant de passer lui-même à l’écriture et à la réalisation de ses propres oeuvres. En 1986, il collabore notamment à l’écriture du film de Michel Khleifi, Noces en Galilée.
Durant les années ’80 et ’90, il est le seul cinéaste à vivre et à travailler dans les territoires occupés, malgré la censure et les innombrables tracasseries de l’administration israélienne. En 1996, tout en tournant ses films, il fonde à Ramallah (Cisjordanie) un Centre de Production et de Distribution Cinématographique (CPC), dont l’objectif est de créer une salle de cinéma itinérante pour les enfants palestiniens qui tente toujours d’exister malgré les interdictions de circuler imposées par Israël. Le CPC crée également un Festival du film pour enfants et organise régulièrement des projections et des conférences sur le cinéma dans les universités et les centres culturels palestiniens.

Après Shelter (1989), qui décrit les tribulations d’un ouvrier palestinien en Israël, et Longue journée à Gaza (1991), un documentaire sur la Guerre du Golfe vue par la population de la Bande de Gaza, Rashid Masharawi réalise en 1993 son premier long métrage de fiction, Couvre-feu, présenté l’année suivante à la Semaine de la critique du Festival de Cannes. Suivront, parmi une vingtaine de titres, Haïfa, sélectionné dans la section Un Certain Regard du même festival en 1996, puis Rabab (1997), Stress (1998), Derrière les murs (1999), Saison d’amour (2001), En direct de Palestine (2002), Un ticket pour Jérusalem (2002), Arafat mon frère (2005) et Attente (2005). Son dernier film, L’Anniversaire de Leïla (2008, sortie sur les écrans français en juillet 2009), est son cinquième long-métrage. À la fois documentaire et fiction, il met en scène la journée d’un homme confronté au chaos et à l’irrationalité de la société palestinienne après soixante années d’occupation israélienne.
Inspiré en partie du vécu personnel de Rashid Masharawi, qui partage aujourd’hui sa vie entre Paris et Ramallah ; « L’anniversaire de Leïla » s’attache, comme la plupart de ses oeuvres, à explorer l’identité de son peuple et à capter les images d’un pays traumatisé par l’apartheid.

Filmographie :

1986 : Travel Document (doc)
1989 : The Shelter (doc)
1991 : Dar O Dour (doc)
1995 : Curfew
1995 : Intizar (docu)
1995 : Haifa
1998 : Tension (docu)
1999 : Behind the Walls (docu)
2000 : Out of Focus (docu)
2001 : Love Season
2001 : Live from Palestine
2002 : Ticket to Jerusalem
2005 : Waiting
2005 : Arafat, my Brother (Docu)
2008 : L’anniversaire de Leila (dispo à la fnac)

Previous Projections de "Terre de Sumud"
Next Le cinéma renait à Jénine

About author

A lire aussi ...

Culture O Commentaire

Kamilya Jubran

Kamilya Jubran est née en 1963 à Aakka, de parents Palestiniens qui habitent aujourd’hui l’Al-Rameh (un village palestinien du nord dans l’Al-Jaleel). Elias Jubran, le père de Kamilya, est un

A la une

Iyad Ramadan Sabbah, l’iconoclaste !

Professeur d’art plastique à l’université Al-Aqsa de Gaza, Iyad a installé ses statues en fibre de verre recouvertes d’argile, dont certaines sont constellées de taches de peinture rouge, à proximité

Société O Commentaire

Le psychiatre palestinien Eyad El-Sarraj a reçu le prix Olof Palme

Eyad el Sarraj, pédopsychiatre palestinien, est connu mondialement pour son engagement auprès des victimes de la torture à Gaza. Le prix Olof Palme 2010 a été décerné au psychiatre et

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!