« Palestine Stéréo » de Rashid Masharawi

« Palestine Stéréo » de Rashid Masharawi

Rashid+Masharawi+Palestine+Stereo+Portraits+ktberI8hxhDlÉmigrer dans l’espoir d’une vie meilleure ou rester se battre auprès des siens en Palestine, tel est le dilemme traité par le réalisateur palestinien Rashid Masharawi dans son film «Palestine Stéréo», projeté mardi à Alger.
Présentée en compétition officielle du 4ème Festival international du  cinéma d’Alger (Fica) dédié au film engagé, cette fiction met en scène cette  déchirure à travers l’histoire de deux frères Sami et Miled dit «Stéréo».

Synopsis

Sami, un jeune palestinien de 30 ans et son frère aîné Milad, connu sous le nom de «Stéréo», décident d’immigrer de la Palestine au Canada. Suite à un bombardement par l’armée israélienne de l’immeuble dans lequel ils habitaient, Sami est devenu sourd-muet et Stéréo a perdu sa femme. A travers ce projet d’immigration, les deux frères espèrent reconstruire leurs vies. La fiancée de Sami « Leïla » est fortement opposée au départ de son amoureux et essaye par tous les moyens de le retenir, mais rien n’y fait.

Sami et Milad sont bel et bien décidés à quitter définitivement la Palestine et leur triste sort. De son côté, Milad «Stéréo», qui chantait auparavant dans des mariages, y renonce après le décès de sa femme. Il est complètement désabusé et dégoûté de la vie en Palestine. Pour payer les frais du voyage, ils décident de récupérer du matériel sonore usagé qu’ils louent pour toutes sortes d’événements à Ramallah : mariage, enterrement, manifestation, meeting politique…

Au rythme de leurs pérégrinations, le film relate l’absurdité de la vie en Palestine, en brossant avec dérision et sans complaisance un tableau de situations à la fois cocasses et désespérées… ». Un film dont le traitement et la narration n’ont pas laissé les décideurs indifférents ni les critiques cinéma canadiens non plus, puisque le film a récolté quelque 5 étoiles sur «Now Toronto» (ce qui est rare pour un film arabe), un site où les grands critiques canadiens pour qui le film est projeté spécialement expriment leur avis.

Une coprod palestino-tunisiene

Palestine Stéréo porte également une signature tunisienne du côté de la production, puisqu’il est coproduit par Habib Attia (Tunisie) avec Adessalem Abu Askar et Rachid Masharaoui ( Palestine ). Une coproduction qui a d’ailleurs évolué pour ratisser large et impliquer des pays, comme la Suisse, la France, les Emirats Arbres Unis et l’Italie entre autres. «Ma collaboration avec Rachid Masharaoui date de 2007 avec L’anniversaire de Leïla, dit Habib Attia, le réalisateur avait le projet de Palestine stéréo depuis 2010 . Il nous a fallu un an et demi pour les recherches de financement.

 

A lire aussi, notre article sur Rashid Masharawi
http://www.philistin.fr/rashid-masharawi-une-identite-palestinienne

 

 

Previous Lutte numérique : Anonymous s'engage pour la Palestine
Next "Palestine, visions croisées" avec Génération Palestine

About author

A lire aussi ...

Expo "Un autre regard sur la Palestine"

de Fredo Bahd Scènes de liesses et de souffrances, du quotidien comme de l’exceptionnel, les photographies de Fredo Bahd témoignent de son désir de rendre compte de cette «autre Palestine»

Culture O Commentaire

Le boycott d’Utopia

Par une lettre adressée à Madame Anne-Marie Faucon, co-fondatrice du réseau Utopia suite à leur décision de déprogrammer un film israélien mais en passer un autre, Frédéric Mitterrand, Ministre de

Automne palestinien en Cévennes

C’est la 4e édition de cette semaine palestinienne Le cinéma « les Arcades »  proposent ces quinze prochains jours des  films palestiniens, dans le cadre de la 4ème édition de la Semaine

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!