Naji al Ali, caricaturiste palestinien

Naji al-Ali (vers 1938, Galilée-29 août 1987), est un caricaturiste palestinien. Sa famille s’est réfugiée en 1948 au camp libanais de Ein-el-Helweh.

Durant sa carrière, il a produit environ 10 000 dessins, bien que le chiffre de 40 000 apparaisse le plus souvent, la plupart décrivant la situation du peuple palestinien. Il fut découvert par Ghassan Kanafani et ses premiers dessins prêchèrent l’espoir et la révolution.

Il a travaillé au Koweit pour le journal Al Qabas pendant trois années puis il s’est installé à Londres après avoir été expulsé du Koweït en 1985.


Les caricatures de Naji al-Ali expriment la lutte et la résistance à l’occupation israélienne et critiquent les régimes arabes. Il disait que ses caricatures sont « l’expression des opprimés qui paient cher leurs vies, portant sur leurs épaules le fardeau des erreurs commises par les autorités. Tout ce qu’ils possèdent a été acquis avec peine, sous le siège constant de la dureté et de la cruauté. Ils luttent pour leur vie et meurent jeunes, ensevelis dans les tombes dépouillées. Ils sont toujours sur la défensive pour pouvoir vivre. Je vis avec eux dans les cachots, observant et brûlant à la pulsion de leurs cœurs, au flot du sang qui coule dans leurs veines. »

Il fut atteint d’une balle dans la tête le 22 juillet 1987 à Londres et succomba à ses blessures un mois plus tard, et fut le premier caricaturiste à être assassiné pour ses dessins.

En1988, l’Association Mondiale des Journaux lui attribue le prix Golden Pen of Freedom, reçu par sa femme Widad et son fils Khaled. L’Association mondiale des journaux le décrit comme un des plus grands caricaturistes depuis la fin du 20e siècle

Previous "Chemin de Palestine" avec Diwanvoyage
Next Le Philistin à la fête de l'Huma 2010

About author

A lire aussi ...

Culture

Tournée « Yes Théâtre » en France

Le Yes Theatre d’Hébron vient aujourd’hui en France pour raconter une histoire. Il nous invite à prêter attention à un travail fragile et essentiel qui nous trouble dans notre rapport

Lakiya Weaving à Palestine en Campagne

Lakiya Weaving, c’est d’abord l’histoire de la détermination de deux sœurs : Khadra et Hanan Elsana qui sont à l’origine de la création de l’ong Sidreh qu’elles ont fondée en

Battir, la civilisation romaine au coeur de la Palestine

Lena Odgaard | Journaliste indépendant danois basé à Ramallah en Cisjordanie Le Musée culturel et historique Réserve de Garni (Arménie) et le paysage culturel palestinien de Battir se partagent cette

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!