"L’Histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953"

"L’Histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953"

image

de Sandrine Mansour Merien, Docteur en histoire contemporaine

Le livre

L’auteur, historienne palestinienne, y développe une approche différente et nouvelle des conflits arabo-sionistes, et replace la Catastrophe, traduction française du terme arabe nakba qui évoque le début de l’exode forcé des palestiniens en mai 1948, dans une perspective historique nourrie d’archives nouvellement ouvertes et de textes d’historiens, tant palestiniens qu’israéliens.

Sujet d’une immense sensibilité, l’exode violent dont on été victimes les palestiniens est parfois occulté, souvent minoré. Ce livre entend lui redonner sa place dans l’histoire du XXe siècle.

L’auteur

Née d’un père palestinien et d’une mère française, Sandrine Mansour Merien est docteur en histoire (thèse auprès de Henri Laurens) et chercheur au CRHIA (centre de recherches en histoire internationale et atlantique) à l’université de Nantes.

Pour acheter l’ouvrage en ligne :

Chez Plume
Chez Lalibrairie.com
Parution le 28 mars 2013
Collection : Histoire
15 x 24 cm / 350 p, Broché
ISBN : 978-2-7089-6946-9

Previous Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante
Next Battir, la civilisation romaine au coeur de la Palestine

About author

A lire aussi ...

Patrimoine

Zeit O’ Za’atar à la fête de l’Huma 2012

14/09/2012 | 16/09/2012 Oui le Philistin est encore là cette année après le plébiscite de l’édition 2011 : un stand 100% Palestine comme d’habitude avec la gastronomie palestinienne ; on

Société O Commentaire

Renault, Orange, Peugeot investissent en Palestine

Ou comment les stars du CAC40 essaient gentiment de s’acheter une bonne conscience. La France est en train d’orchestrer la création d’un parc industriel franco-palestinien à Bethleem. Ce Parc, porté

Personnalités

Banksy « s’invite » à Gaza

Pour attirer l’attention sur le sort de la bande de Gaza, et les destructions subies lors de la dernière guerre de juillet dernier, le street artist a choisi de taguer… un

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!