"L’Histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953"

"L’Histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953"

image

de Sandrine Mansour Merien, Docteur en histoire contemporaine

Le livre

L’auteur, historienne palestinienne, y développe une approche différente et nouvelle des conflits arabo-sionistes, et replace la Catastrophe, traduction française du terme arabe nakba qui évoque le début de l’exode forcé des palestiniens en mai 1948, dans une perspective historique nourrie d’archives nouvellement ouvertes et de textes d’historiens, tant palestiniens qu’israéliens.

Sujet d’une immense sensibilité, l’exode violent dont on été victimes les palestiniens est parfois occulté, souvent minoré. Ce livre entend lui redonner sa place dans l’histoire du XXe siècle.

L’auteur

Née d’un père palestinien et d’une mère française, Sandrine Mansour Merien est docteur en histoire (thèse auprès de Henri Laurens) et chercheur au CRHIA (centre de recherches en histoire internationale et atlantique) à l’université de Nantes.

Pour acheter l’ouvrage en ligne :

Chez Plume
Chez Lalibrairie.com
Parution le 28 mars 2013
Collection : Histoire
15 x 24 cm / 350 p, Broché
ISBN : 978-2-7089-6946-9

Previous Cinq caméras brisées aux Oscars
Next Battir, la civilisation romaine au coeur de la Palestine

About author

A lire aussi ...

Personnalités O Commentaire

Raed Andoni : cinéaste, palestinien et indépendant !

Né en 1967 en Cisjordanie, Raed Andoni mène un parcours d’autodidacte qui l’associe dès 1997 au développement du cinéma indépendant en Palestine. Producteur avant de devenir réalisateur, il est le

Personnalités O Commentaire

"Uncle Nashaat" : une histoire palestinienne

Nashaat est un soldat palestinien, tué par les Israéliens en 1982. Quand Aseel, le neveu de Nashaat, découvre des éléments qui le font douter quant aux circonstances de la mort

Culture

Résistance : le cirque aussi

Palestinian Circus School : une école qui enseigne les arts du cirque au Moyen-Orient ; c’est en Palestine qu’elle se trouve.  Pour Shadi Zmerrod, son directeur, le « projet d’une vie » était avant tout

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!