Une histoire du keffieh, mais ….

Une histoire du keffieh, mais ….

Le keffieh est la coiffe traditionnelle des paysans et des Bédouins palestiniens. Il permettait de distinguer les citadins des ruraux. Le keffieh appartient à toute la population arabe  de la péninsule arabique, d’Irak, de Jordanie, de Syrie, du Liban et bien sûr de Palestine. De la région appelée anciennement : Al-Hijaz, Al-Iraq, Al-Yaman, Accham et Filistin. Ensuite, cela s’est généralisé au point de devenir un élément de costume commun, à tous les bédouins et tous les paysans d’Arabie et du Moyen-Orient.

Fait de tissu, il servait originellement à masquer le visage pour se protéger du soleil et des tempêtes de sable. Il existe différents motifs et différentes couleurs qui varient du jaune au noir en passant par le rouge, le blanc et le vert.

Au cours du soulèvement populaire contre la présence britannique en Palestine, mené par   Izz al Din al Qassam, à partir de 1936, le keffieh revêt alors une importance capitale pour les Arabes de Palestine. En effet, les révolutionnaires portaient alors le keffieh, qui leur servait à se protéger le visage et à ne pas être reconnu par les Britanniques. Mais cela les rendait bien évidemment plus repérables dans les villes et les arrestations se multipliaient, les porteurs du keffieh étant considérés comme résistants. C’est alors que toute la population fut appelée à porter le keffieh. Les citadins abandonnèrent la tarbouche (signe de distinction sociale) pour porter le keffieh, qui était, comme nous l’avons vu plus haut, une coiffe paysanne.

DSC_9137Le coup de génie d’Arafat, ce fut d’en faire son étendard, d’une part en le portant en permanence. Le keffieh devint ainsi le symbole de la cause palestinienne. Mais, d’autre part, surtout, en le singularisant par la couleur noire. D’un simple couvre-chef qui protège du soleil, du vent et de la poussière, le keffieh devenait revendication politique. Ce keffieh noir a connu le succès que l’on sait, jusqu’à se transformer –le système récupère toujours tout- en un article de mode, aux motifs et couleurs déclinables à l’infini…

Il est aujourd’hui le symbole et l’emblème de la résistance palestinienne. Son port dans les pays européens par de jeunes européens leur permet de montrer leur solidarité politique avec les mouvements pro-palestiniens qui se battent pour la liberté et le droit à l’existence d’un peuple. Mais, soumis à un « effet de mode », il est souvent adopté par des personnes qui le portent sans même savoir quelles en sont les origines, significations, valeurs, …

Hirbawi, l’authentique !

Yaser Hirbawi, le fondateur de l’usine, a aujourd’hui 80 ans. Il dirige la seule fabrique de keffieh en Cisjordanie et dans la plus pure tradition ; il se souvient de la période faste de la première Intifada, durant laquelle les keffiehs palestiniens se vendaient facilement. Symbole de la cause palestinienne, le keffieh est aujourd’hui aussi un accessoire de mode incontournable. Les ventes mondiales explosent mais la dernière usine palestinienne peine à faire face à la concurrence du « made in China ».

Previous La clé, le keffieh et l’orange
Next Ghassan Zaqtan, "Comme un oiseau de paille... qui me suit"

About author

A lire aussi ...

Général O Commentaire

Economie et santé s’améliorent mais …

Dans un contexte de faiblesse économique, de hausse du chômage et de détérioration des installations d’électricité, d’assainissement et de santé, la santé des habitants de Gaza continue à se dégrader,

Culture O Commentaire

Contes palestiniens

قصص من التراث الشعبي الفلسطيني Ce beau recueil bilingue rassemble neuf contes traditionnels palestiniens collectés dans la région de Bethléem (Cisjordanie) puis mis en forme en arabe par Sharif Kanaana, grand

Expo "Un autre regard sur la Palestine"

de Fredo Bahd Scènes de liesses et de souffrances, du quotidien comme de l’exceptionnel, les photographies de Fredo Bahd témoignent de son désir de rendre compte de cette «autre Palestine»

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!