Les chebabs de Yarmouk

Les chebabs de Yarmouk

Synopsis

Les « chebabs » de Yarmouk, c’est avant tout une bande de potes, qui se connaissent depuis l’adolescence… Dans le plus grand camp de réfugiés palestiniens du MoyenOrient, créé en Syrie en 1957, ils partagent leur quotidien, se cherchent un avenir. Troisième génération d’exilés, ils ne rêvent plus du retour en Palestine. Mais leur soif de vivre, leur désir de révolte se heurtent aux murs du camp.

Au seuil de choix existentiels, l’Histoire les rattrape à nouveau. En mars 2011, éclate la Révolution en Syrie. Le camp sera en grande partie détruit, leur vie bouleversée. Le film, tourné juste avant, cristallise leurs derniers moments, ensemble, à Yarmouk.

Le film

Résumer le sujet du premier long-métrage documentaire d’Axel Salvatori-Sinz, Les Chebabs de Yarmouk, ne peut plus se faire au présent. Très rapidement après son tournage, le film a rejoint le clan assez fermé des casino online documentaires veufs de leur sujet, qui ont capturé, parfois sans le savoir, une réalité déjà disparue au moment où ils se présentent sur les écrans de cinéma.

En un clin d’œil, Yarmouk, tel que le filme Axel Salvatori-Sinz, est passé d’une parcelle du monde contemporain à une image d’archives. Créé en 1957 en Syrie, dans la banlieue sud de Damas, ce camp de réfugiés palestiniens est devenu le plus important qui soit au Moyen Orient. A partir de l’été 2012, au cœur des affrontements entre l’Armée Syrienne Libre et l’armée régulière, il connaît l’exode massif sous les bombardements,..

Un film d’Axel SALVATORI-SINZ
Durée : 78 minutes / Produit par Adalios & Taswir Film
Avec la participation du CNC, le soutien de la Région Rhône-Alpes, du Département   Ardèche, de la SCAM, de la Mairie de Paris et du Ministère de la Jeunesse.

Bande annonce
www.youtube.com/watch?v=FeOspW1EDlA

 

 

Previous Banksy "s'invite" à Gaza
Next Festival Ciné-Palestine à Paris

About author

A lire aussi ...

Palestine en Campagne, c'est parti

C »est à Gages que la France se mettra à parler arabe le temps d »un week-end ; 3 jours du 16 au 18 aout 2013, dédiés à la culture palestinienne. Ce

A la une

L’Ensemble Musical de Naplouse

Yakeen Kayah oudiste, Yazan Sakhel percussioniste , Mohammad Sadouk joue du qanoun, Ahmad Sadouk violoniste, Massara Shaeen chanteuse, Ahmad Melhem chanteur. Après avoir étudiés à l’université An Najah de Naplouse,

Un orchestre national palestinien…

BETHLÉEM (Ma’an) – un Orchestre national palestinien nouvellement formé exécutera son premier concert le Jour de l’an. Son programme inclut la nouvelle et ancienne musique classique palestinienne, à côté de