« L’épouvantail », dessin animé palestinien à Gaza

« L’épouvantail », dessin animé palestinien à Gaza

lepouvantail1

Le drame se noue quand un soldat israélien enlève l’épouvantail du champ familial, dans un village près de la frontière avec Israël. La fillette commence alors avec ses camarades d’école une quête pour le retrouver, qui réveille beaucoup de souvenirs, évoquant la souffrance des réfugiés palestiniens, selon le réalisateur Khalil al-Mazen.

« Le monde est habitué à voir les enfants de Palestine au milieu de la mort, de la destruction et de la guerre, mais ce film se concentre sur leurs rêves ordinaires et repose sur l’image et les réactions. Le jugement appartient au spectateur », explique-t-il.

« Nous voulons simplement montrer au monde la souffrance des Palestiniens, en particulier des enfants, sous une dimension humaine et créative », insiste ce diplômé en réalisation cinématographique de l’Académie de Saint-Pétersbourg (Russie) qui a réalisé plusieurs films et documentaires.

lepouvantail2

Oussaïd Madhi, 23 ans, qui a dessiné certains personnages et dirigé la lumière, dit vouloir « transmettre la brutalité de l’occupation qui n’épargne pas les enfants », affirmant se moquer de ne pas avoir été payé pendant des mois.
Zaïnab Bakri, qui a dessiné le décor où évolue Rima, sa maison et son village, en plus des vêtements portés par la jeune fille et ses amis, ainsi que la tenue de sa grand-mère, une robe de paysanne inspirée du folklore palestinien, se dit confiante dans le succès du projet « parce que nous sommes plus intéressés par l’idée que par les retombées financières et le message du film est humanitaire ».

« L’imagination et le dessin animé sont plus accessibles que le documentaire ou la fiction », estime-t-elle. L’imagination est une merveilleuse façon de transmettre le message », approuve sa collègue Aya Abou Hamra, dessinatrice des personnages, espérant que malgré les nombreuses difficultés, comme les fréquentes coupures d’électricité et les problèmes de financement, le film trouvera son chemin jusqu’aux studios de Hollywood.

« Nous travaillons à la diffusion du film une fois qu’il aura été projeté à Gaza et sommes en négociations avec les chaînes satellitaires arabes pour le vendre », indique Nour al-Khodari, directrice de la Fondation Zeïtoun pour l’animation, à l’origine du projet.

Le film n’est pas encore distribué en France, mais nous vous tiendrons informé dés que nous avons des infos.

Previous Expo Taysir Batniji à mp2013
Next Silence, la machine à censure va sévir ...

About author

A lire aussi ...

Sanaa Moussa

12.10.2012 | Digne-les-Bains Centre culturel René Char 19.10.2012 | Toulon Espace Comedia avec  l’ensemble Nawa Athar  | Sanaa MOUSSA (chant) | Mohammad MOUSSA (chant, oud) | Nassar SOHEEL (kanoun) |

Pec

Bal Trad DAB

« Le Mexique, le Quercy et L’Océan Indien se retrouvent à Gages ! DAB, c’est trois musiciens qui explorent les répertoires traditionnels à écouter, à danser, et à guincher de leur

Société O Commentaire

Le savon de Naplouse d’hier et d’aujourd’hui

“Naplouse est une ville où il fait bon se promener (…) Dieu très haut et tout-puissant l’a comblée de l’arbre béni, l’olivier, et son huile est transportée dans les régions

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!