Le festival Palest’ [in] & Out, c’est maintenant à l’IMA

Le festival Palest’ [in] & Out, c’est maintenant à l’IMA

« Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. »
C’est avec cet article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, gravé sur le mur de l’auditorium de l’Institut du Monde arabe, que s’est ouvert le festival Palest’ [in] & Out.11206473_1564664337126853_8521653701577365729_o_1

Pour sa première édition, le festival et son jury, composés de spécialistes français et palestiniens, ont récompensé onze artistes, répartis dans quatre catégories : musique, photographie, art-vidéo et danse. Les lauréats, âgés de 20 à 35 ans, sont bien sûr tous palestiniens, mais vivent dans différents pays de résidence, comme la France, la Serbie ou encore les États-Unis. Ils ont tous été sélectionnés sur dossier, dont l’étude a été faite du 31 janvier au 13 mars 2015.

Primés pour leur travail et leur singularité, « ils représentent les expressions artistiques contemporaines palestiniennes sur la scène française » pour Amina Hamshari, directrice de l’institut culturel. De plus, l’évènement, qui a lieu du 11 au 14 juin simultanément à l’Institut du monde arabe (IMA), à la Maison des cultures du monde et à l’Institut de recherche et d’études méditerranée et Moyen-Orient (IReMO), offrent un espace d’expression privilégié aux jeunes lauréats. « Leur travail est trop souvent confiné et peu connu du public international. Ce festival leur offre donc une plus grande visibilité, tout autant qu’il créé des rencontres entre artistes palestiniens et internationaux », ajoute-t-elle.

Le festival laisse donc libre court à l’art palestinien et à son expression, et hormis l’opinion affichée par l’article 13, la situation politique de la Palestine n’est exprimée qu’à demi-mots, notamment par le président de l’IMA, Jack Lang, qui a évoqué une Palestine « souffrante mais espérante ».

Fadi Deeb, pianiste né à Haïfa et résidant à New-York a pu faire la démonstration de son talent, en interprétant Horizon IV, un morceau composé par Patrick Lama. Entre accélération de son jeu et instants lyriques, il a offert à l’auditoire un moment de musique, donnant l’impression d’un temps suspendu.

Cérémonie d’ouverture jeudi 11 juin, à 18h30 / Soirée de clôture dimanche 14 juin, à 15h
Auditorium (niveau -2) |  Entrée libre dans la limite des places disponibles
Previous Réservation
Next L'Orchestre des Jeunes de Palestine en tournée cet été en France

About author

A lire aussi ...

Palestine O Commentaire

Décés d'Ibrahim Mohamed Salah "Abou Arab"

Le poète palestinien Ibrahim Mohamed Salah, connu  sous le pseudonyme d’ «Abou Arab» est décédé dimanche à Homs, en Syrie, à l’âge  de 83 ans, des suites d’une longue maladie,

Culture

Expo-concert « Sur mon Chemin » à Toulouse

Après l’exposition à Naplouse et Ramallah, voici « Sur mon Chemin » à Toulouse : des histoires écrites par les étudiants français de l’uni de Birzeit à Ramallah , illustrées

A la une

La psychiatre Dr. Samah Jaber à Palestine en Campagne 2015

Dr. Samah Jaber est une psychiatre, psychothérapeute et écrivaine palestinienne qui s’intéresse et se soucie du bien-être de sa communauté, au-delà des questions de santé mentale. Depuis de nombreuses années,