La Palestine au bord de l’asphyxie économique ?

La Palestine au bord de l’asphyxie économique ?

Le Fonds monétaire international (FMI) ne tarit pas d’éloges sur la gestion de l’Autorité palestinienne. Pourtant, il vient de lui refuser une demande de prêt. Paradoxe ?

L’Autorité palestinienne ne pourra pas payer les salaires de ses fonctionnaires au mois de juillet, faute d’argent. Une situation ubuesque. Comme le souligne Pierre Duquesne, ambassadeur chargé des questions économiques au ministère français des Affaires étrangères, dans le dernier numéro de Mondes, la revue trimestrielle du Quai d’Orsay, « les Palestiniens ont su démontrer qu’ils n’étaient ni incompétents en matière économique et institutionnelle, ni corrompus financièrement, ni laxistes en matière de sécurité ».

De 2007 à 2012, le gouvernement de Salam Fayyad a ramené le déficit courant de 27 % à 14 % du PIB. Le suivi du budget est accessible sur internet, et le nombre des fonctionnaires a été réduit de 180 000 à 150 000. En septembre 2011, le Fonds monétaire international (FMI) a salué ces efforts et souligné que « les institutions palestiniennes peuvent être avantageusement comparées avec celles d’États établis ».

Les Palestiniens ont vu le montant de leur aide s’effondrer de 3 milliards de dollars en 2008 à 1,8 milliard en 2011.

Malgré cela, les Palestiniens ont vu le montant de leur aide s’effondrer : 3 milliards de dollars en 2008, 2,5 milliards en 2009, 2,2 milliards en 2010 et 1,8 milliard en 2011.
Pour punir l’Autorité palestinienne d’avoir obtenu son admission à l’Unesco et déposé une demande d’adhésion à l’ONU en 2011, les États-Unis ont suspendu le paiement de leurs 150 millions de dollars annuels, et les Israéliens ont arbitrairement mis fin au versement des taxes indirectes qu’ils prélèvent sur le commerce extérieur pour le compte des autorités palestiniennes. Enfin, de riches pays arabes n’ont pas honoré leurs promesses de dons pour forcer le Fatah et le Hamas à se réconcilier.

Désespoir ?

En avril, Salam Fayyad a donc convaincu Stan Fischer, le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, de demander un prêt au FMI pour la Palestine. Dans sa version papier du 2 juillet, le quotidien israélien Haaretz parle de 1 milliard de dollars, soit le montant du déficit budgétaire « normal » de l’Autorité palestinienne. Dans sa version électronique, il avance le chiffre de 100 millions. Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a curieusement donné son feu vert. Mais le FMI a refusé, estimant qu’il ne pouvait prêter qu’à des États membres.

La demande de Salam Fayyad et de son complice Stan Fischer – qui se connaissent depuis leur passage au FMI – visait sans doute à placer chaque partie prenante face à ses responsabilités. Le FMI complimente la Palestine, tout en refusant de la secourir. Israël asphyxie les territoires occupés, mais souhaite éviter le pire en les mettant sous perfusion du Fonds. Les pays arabes et les États-Unis promettent d’aider la population, qui souffre ; pourtant, pour des raisons diamétralement opposées, ils resserrent encore un peu plus l’étau israélien.

La provocation de MM. Fayyad et Fischer fera-t-elle comprendre aux uns et aux autres la dangerosité de cette schizophrénie, qui condamne un peuple à un désespoir sans fin ?

Previous "Nous refusons d'être complices."
Next Réalités palestiniennes au festival de Confolens

About author

A lire aussi ...

Société O Commentaire

Le psychiatre palestinien Eyad El-Sarraj a reçu le prix Olof Palme

Eyad el Sarraj, pédopsychiatre palestinien, est connu mondialement pour son engagement auprès des victimes de la torture à Gaza. Le prix Olof Palme 2010 a été décerné au psychiatre et

Larissa Sansour, le talent qui dérange

07/09/2012 | 20/10/2012 Expo « Nation Estate » Galerie Villepoix Paris 3e Ce n’est pas l’avis en tous les cas de la galerie Anne de Villepoix à Paris qui expose actuellement ses

Personnalités O Commentaire

Annemarie Jacir, une poétesse derrière la caméra

Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne travaille dans la production indépendante depuis 1994; elle a écrit, réalisé et produit de nombreux court-métrages dont « A post Oslo history » (1998), « The satellite shooters » (2001)