La medjoul de Palestine, reine des dattes

C’est une variété de grosse, d’énorme datte (la plus grande qui existe) qui est extrêmement moelleuse et charnue. Ces qualités viennent du fait qu’elle est récoltée lorsqu’elle arrive à maturité optimale. Elle est totalement naturelle car conditionnée dès qu’elle est récoltée et sans aucun traitement.

Cette datte est plus grosse que la moyenne  la taille du  pouce,  et ressemble davantage à un fruit frais que les dattes rabougries habituelles. Sa peau n’est  pas gluante et présente un aspect légèrement voilé.

Lorsque l’on croque dans la datte, on se heurte à une légère résistance de la peau, puis celle-ci cède sous l’incisive avec un léger craquement tandis que la dent, surprise, trouve tout de suite une chair incroyablement fondante.
Gardez cette masse fondante en bouche et analysez-en les saveurs : c’est subtil, assez indéfinissable, avec des notes qui me font penser à un tout petit peu de réglisse et de thé noir au lait.

L’odeur, à peine présente lorsque la dent n’a pas encore troué l’enveloppe de la datte,devient perceptible une odeur suave et profonde à la fois, très agréable.

Si l’on regarde le fruit à ce stade de la dégustation, on distingue bien la peau, puis la chair fondante, puis des tissus plus fibreux autour du noyau. Si on met la datte devant une source lumineuse, elle est légèrement translucide et d’une belle couleur caramel sombre.

Previous Polyphonies palestiniennes à Nantes
Next "Chemin de Palestine" avec Diwanvoyage

About author

A lire aussi ...

Culture

Tournée « Yes Théâtre » en France

Le Yes Theatre d’Hébron vient aujourd’hui en France pour raconter une histoire. Il nous invite à prêter attention à un travail fragile et essentiel qui nous trouble dans notre rapport

Général O Commentaire

Omar de Hany Abu-Assad, un pur film de genre palestinien

Omar, le dernier film d’ Hany Abu-Assad, fait parler de lui parce qu’il est un des premiers films à être 100% produit par l’industrie du cinéma palestinienne. Il prouve alors

 » Zone 6  » un cabaret palestinien à l’humour grinçant

En Territoires occupés, la vie continue. Avec ses drames, ses fêtes, ses amours, ses rêves. Mais la tragédie d’un peuple est avant tout la tragédie des individus. Ces individus sont

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!