« La Cigogne » d’Akram Musallam

« La Cigogne » d’Akram Musallam

cigogneDans un village de Palestine, un modeste enfant aux longues jambes grêles, aux épaules tombantes et au nez allongé se retrouve affublé par sa grand-mère d’un malencontreux sobriquet composé en arabe de deux segments identiques – laqlaq (“la cigogne”) –, sobriquet qui inoculera à l’enfant la manie d’en inverser les syllabes à l’infini. La vie du personnage sera à l’image de son nom : une suite absurde de séparations, de dislocations, de dédoublements, qui l’amèneront, comme un oiseau déboussolé, à ne plus savoir de quel côté de la ligne il se trouve.

Après L’Histoire du scorpion qui ruisselait de sueur, où il creusait la métaphore du vide et de l’absence, Akram Musallam nous offre un nouvel opus subtilement mené, dans lequel, explorant la figure de la frontière, il s’attache à déconstruire les logiques spatiales de la domination. Avec une ironie mordante, qui n’est pas sans rappeler celle de son compatriote Émile Habibi dans Les Aventures extraordinaires de Sa’îd le Peptimiste, il met à nu leurs effets sur la vie intime de gens paisibles et ordinaires – un grand-père attaché à ses oliviers et au souvenir des morts, une grand-mère espiègle, une vieille voisine diseuse de bonne aventure, son fils arriviste – que rien ne destinait à faire face à de telles équivoques ni de tels imbroglios.

Akram Musallam

Né en 1972 à Talfit, près de Naplouse, en Palestine, Akram Musallam a obtenu un diplôme en littérature arabe à l’université de Bir Zeit. Journaliste et reporter au quotidien Al-Ayyâm de Ramallah, il a publié deux romans, Hawâjis al-Iskandar (Les Tourments d’Alexandre, Ramallah, 2003) et Sîrat al-‘aqrab alladhî yatasabbabu ‘araqan (L’Histoire du scorpion qui ruisselait de sueur, Beyrouth, 2008 et Actes Sud/ Sindbad, 2010). Il a en outre participé à l’édition critique du journal de Khalîl al-Sakâkînî (Beyrouth, Institut des études palestiniennes). Il a obtenu le prix du roman de la Fondation Qattan pour L’Histoire du scorpion qui ruisselait de sueur.

Source IFCP (Merci Amina !)

Editions Actes Sud / Sinbad – La Bibliothèque arabe
Traduit de l’arabe (Palestine) par : Stéphanie DUJOLS

Dispo en ligne chez ormouz

Previous Gaza got talent
Next Banksy "s'invite" à Gaza

About author

A lire aussi ...

Culture

Les frères Nasser sautent sur le Festival de Cannes !

Gaza.  Un huis clos dans un salon de coiffure pour dames qui prouve que « se faire les ongles en pleine guerre à Gaza, c’est déjà résister« . Dramatique ou cocasse. En

Patrimoine O Commentaire

Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante

par Sonia Nettnin, Ramallah Online Art de la résistance ou résistance par l’art ? Vera Tamari avait réalisé une installation assez troublante dans les rues de Ramallah ;  laquelle représentait

Cinéma

Festival Ciné-Palestine à Paris

Le Festival Ciné-Palestine a pour objectif de mettre au-devant de la scène les cinéastes palestiniens contemporains et de valoriser une production importante, dont les contenus artistiques, pourtant de grande qualité,