Ghassan Zaqtan, « Comme un oiseau de paille… qui me suit »

Ghassan Zaqtan, « Comme un oiseau de paille… qui me suit »

Ghassan Zaqtan est né 1954 en Palestine, à Beit Jala, près de Bethléem. Diplômé d’éducation physique, il a enseigné en Jordanie dans les différents camps de réfugiés qu’il a traversés. En exil pendant plusieurs décennies — Jordanie, Syrie, Liban, Tunisie —, il est rentré en Palestine en 2004, et vit aujourd’hui à Ramallah.

Après de nombreuses publications en anthologies, Ghassan Zaqtan publie son premier livre en 1995. En 1996, il fonde avec un groupe d’auteurs la Maison Palestinienne de la Poésie, puis s’investit successivement dans la création de plusieurs revues culturelles et littéraires, en tant qu’éditeur ou rédacteur en chef : Al-Bayader (1990-1994), Al-Masharef (1995-1998), puis Al-Shou’ara (1998-2003).

Il est aujourd’hui l’auteur d’une dizaine de livres de poésie, de nombreux textes en revues, mais aussi de pièces de théâtre et de scénarios.
Il travaille depuis 2004 au Ministère de la Culture comme responsable du secteur Littérature et Edition ; il dirige par ailleurs les pages littéraires du quotidien Al-Ayyam de Ramallah.

Ghassan Zaqtan a été accueilli en résidence au Centre International de Poésie de Marseille, de septembre à décembre 2006.

Bibliographie

• Sabah mobbaker (Petit matin), Dar Ibin Khaldoun, Beyrouth, 1980.
• Asbab kadeemah (Vieilles raisons), Dar Al Awda, Beyrouth, 1982.
• Rayat (Drapeaux), Dar Afaq, Damas/Nicosie, 1984.
• Botoulat alashia (L’héroïsme des choses), Dar Al Kalimah, Beyrouth/Nicosie, 1988.
• Lies men ajli (Pas pour moi), Al Multaka, Nicosie, 1990.
• Sama khafeefah (Ciel de lumière), Dar Al Ahali, Damas, 1992.
• Wasf al madi (Décrivant le passé), Dar Azminah, Amman, 1995.
• Tarteeb al wasf (Classant les descriptions dans l’ordre), anthologie personnelle, Palestinian Writers Union, Jérusalem, 1998.
• Estedrâj al jabal (La tentation de la montagne), Arab Institute for Research and Publishing, Beyrouth/Amman, 1999.
• Seirah be al fahm (Chronologie au khôl), Arab Institute for Research and Publishing, Beyrouth/Amman, 2003.
• Katayr min al-qashsh… yatbi’unî (Comme un oiseau de paille… qui me suit), Riad el-Rayyes Books, Beyrouth, 2008.

Traductions françaises

• Le poème arabe moderne, anthologie par Abdul Kader ElJanabi, préface de Bernard Noël, trad. Leila El Masri, Maisonneuve et Larose, 1999.
• L’Anthologie 2000, trad. Leila El Masri, Farrago, coll. Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne, 2000.
• La poésie palestienne contemporaine, anthologie, trad. Abdellatif Laâbi, Le Temps des Cerises, 2002.
• la revue Nu(e) n°20, trad. Tahar Bekhri, spécial Mahmoud Darwich, co-éd. Carnets de l’IISMM, 2002.
• Le ‘ ‘ ‘ Cahier du Refuge ‘ ‘ ‘ n°80, 150 et 174.
• Le poème palestinien contemporain, bilingue arabe-français, choix de textes et présentation de Ghassan Zaqtan, avant-propose d’Éric Brogniet, traduction d’Antoine Jockey, Le Taillis Pré, 2008.
• Suppléments au passé, cipM / Spectres Familiers, coll. ‘ ‘ ‘ Le Refuge ‘ ‘ ‘, 2009.

Extrait : « Oreiller »

Reste-t-il du temps / pour lui dire,
Mère,
bonsoir,
je suis revenu / avec une balle dans le cœur.
Mon oreiller est là / je veux m’allonger
et me reposer.
Si la guerre / revient frapper à la porte / dites-leur : il est en train
de se reposer..

 

Previous Une histoire du keffieh, mais ....
Next Tournée "Yes Théâtre" en France

About author

A lire aussi ...

Palestine

Le Philistin à l’Huma 2014, avec Michel Collon et Radja Abou Dagga

Cette année nous organisons sur le stand du Philistin une rencontre avec Michel Collon et Radja Abou Dakka sur le thème : « Gaza sous les bombes, médiamensonges, comment résister ? »

« Palestine Stéréo » de Rashid Masharawi

Émigrer dans l’espoir d’une vie meilleure ou rester se battre auprès des siens en Palestine, tel est le dilemme traité par le réalisateur palestinien Rashid Masharawi dans son film «Palestine

Ahlam Shibli présentera « Death » à Palestine en Campagne

Après avoir été présentée à Barcelone, au MACBA, sans avoir soulevé la moindre protestation, c’est donc au Musée du Jeu de Paume, à Paris, que la photographe palestinienne Ahlam Shibli