Ghassan Kanafani : l’intellectuel et la passion de la lutte

Ghassan Kanafani : l’intellectuel et la passion de la lutte

« Pour faire la révolution, il ne suffit pas de haïr et de croire au passé. La haine et la foi dans le passé ne sont de bons stimulants que dans la phase de révolte. Si nous souhaitons mener à bien la révolution, nous devons aimer et nous tourner vers l’avenir ».
Ghassan Kanafani | 1936-1972

Artiste palestinien, journaliste, auteur de romans et de nouvelles, dont l’œuvre est profondément enracinée dans la culture arabe palestinienne, Ghassan Kanafani a inspiré une génération entière de son vivant jusqu’à aujourd’hui, par ses actes et ses écrits.

Né à Acre (nord de la Palestine) le 9 juillet 1936, il a vécu à Jaffa jusqu’en mai 1948, quand il a été obligé de partir avec sa famille d’abord au Liban puis plus tard en Syrie. Il a vécu et travaillé à Damas en 1953 en tant qu’instituteur ; puis au Koweït et, à partir de 1960, à Beyrouth où il collabore à divers journaux avant de diriger en 1969 l’hebdomadaire Al-Hadaf

Son oeuvre

Avant de mourir prématurément, Ghassan Kanafani a publié dix-huit livres et écrit des centaines d’articles sur la culture, la politique et la lutte du peuple palestinien. Après sa mort, tous ses livres ont été republiés dans plusieurs éditions en arabe. Ses romans, ses nouvelles, ses pièces de théâtre, ses essais ont été rassemblés et publiés en quatre volumes. Une grande partie de l’œuvre littéraire de Ghassan Kanafani a été traduite en dix-sept langues et publiée dans plus de vingt pays différents. Certaines œuvres ont été adaptées pour la radio et le théâtre dans de nombreux pays, arabes et autres. Deux de ses romans ont été adaptés au cinéma. Son œuvre littéraire, écrite entre 1956 et 1972, reste importante.

Extraits

Contes de Palestine
Ghassan Kanafani, Stock, 1979
Dans les Contes de Palestine (Stock, 1979, épuisé), il exprime, à travers des personnages nostalgiques et désemparés, le traumatisme subi par son peuple à mesure que s’implantait l’État d’Israël sur le sol de Palestine; nulle trace de haine dans ces textes qui traduisent un inégalable plaisir de conter.

Retour à Haïfa et autres nouvelles
Ghassan Kanafani, Sinbad, 1997
Avec Retour à Haïfa, dernier récit qu’il ait publié avant son assassinat, Kanafani va au plus profond du conflit qui oppose Palestiniens et Israéliens, nous livrant un double testament, littéraire et politique, d’une rare intensité.

Des Hommes dans le soleil
Ghassan Kanafani, Sinbad, 1990
Comprend trois nouvelles: Des Hommes dans le soleil, L’Horloge et le désert et Oum-Saad la matrice. Des hommes dans le soleil relate la lutte désespérée des Palestiniens pour survivre, et a inspiré un film très vite censuré pour avoir mis en scène les traitements infligés aux réfugiés.

En juillet 1972, Ghassan et sa jeune nièce Lamis sont assassinés par des agents israéliens dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth.

Liens

ANGRY CORNER : http://english.al-akhbar.com/blogs/angry-corner/ghassan-kanafani-our-memory
FONDATION GHASSAN KANAFANI : http://fcgk44.free.fr/pages/ghassan.htm
SAMED : http://siteadab.free.fr/Samed/ghassan.htm

Previous Marcel Khalifé, "La chute de la lune"
Next Annemarie Jacir, une poétesse derrière la caméra

About author

A lire aussi ...

Annemarie Jacir, une poétesse derrière la caméra

Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne travaille dans la production indépendante depuis 1994; elle a écrit, réalisé et produit de nombreux court-métrages dont « A post Oslo history » (1998), « The satellite shooters » (2001)

Palestine

Bal Trad DAB

« Le Mexique, le Quercy et L’Océan Indien se retrouvent à Gages ! DAB, c’est trois musiciens qui explorent les répertoires traditionnels à écouter, à danser, et à guincher de leur

Patrimoine O Commentaire

Lancement du "Palestinian Museum" à Bir Zeït

Jeudi dernier a été le jour de la pose de la première pierre d »un musée « transnational » dédié à la culture, l »histoire et la société de la Palestine, conçu pour les