Gaza got talent

Gaza got talent

La chorale d’enfants gazaouïs qui créé le buzz sur le Web

L’émission de la chaîne saoudienne est enregistrée en ce moment au Liban. Et lors de la première émission, al-Takht al-Sharqi, un groupe composé de cinq jeunes originaires de Gaza, a été propulsé directement en demi-finale par le jury. Les membres de ce dernier ont été émus par leur prestation, tout comme le public. Mais l’émotion a dépassé le simple cadre télévisuel. En effet, leur chanson traditionnelle et leur parcours, décrit dans l’émission, ont dépassé les 9 millions de vues sur la plateforme de vidéo Youtube.

Cette chanson a fait chavirer les cœurs. Mais pourquoi cela a-t-il été si dur pour ces cinq jeunes chanteurs de se rendre au Liban ? Dans le petit reportage diffusé avant leur prestation, les jeunes chanteurs, âgés de 13 à 15 ans, racontent qu’ils ont échoué trois fois avant de pouvoir quitter Gaza. C’est lors de leur quatrième tentative qu’ils ont finalement réussi à se rendre en Egypte, avant de rejoindre Beyrouth, où l’émission est enregistrée. Dans une interview au journal The National,  Emirati Reema Ashour, seule fille du groupe, raconte les conditions difficiles dans lesquelles le groupe a répété, notamment cet été pendant les bombardement sur  Gaza.

Avant leur arrivée sur scène, les jeunes Gazaouis de Takht Echarki expliquent qu’ils ont continué à s’entraîner dans leur ville malgré les destructions et ont voulu participer à l’émission pour montrer qu’à Gaza il « y a du talent ». Ils témoignent aussi de leurs difficultés pour rejoindre Beyrouth et pouvoir participer aux auditions: le sujet explique que le groupe a tenté de sortir de la bande de Gaza à trois reprises en passant par l’Egypte via le passage de Rafah (ville palestinienne située dans le sud de la bande de Gaza, à la frontière égyptienne), en vain.

La quatrième tentative a été la bonne pour legroupe et leurs accompagnateurs. Avec pudeur, les enfants racontent que la route a été longue jusqu’à l’aéroport du Caire où ils ont passé « une nuit entière dans des conditions très difficiles ». « Enfin nous sommes à Beyrouth et les choses, grâce à Dieu, sont devenues faciles », traduit leHuffington Post Algérie.

Le passage du groupe a été mis en ligne le 10 janvier a déjà été visionné plus de 1,5 million de fois.

La video
http://youtu.be/8l_AqyHWxYM

Previous Tournée Al Manara & Dal'ouna
Next "La Cigogne" d'Akram Musallam

About author

A lire aussi ...

Annemarie Jacir, une poétesse derrière la caméra

Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne travaille dans la production indépendante depuis 1994; elle a écrit, réalisé et produit de nombreux court-métrages dont « A post Oslo history » (1998), « The satellite shooters » (2001)

Palestine O Commentaire

Battir, la civilisation romaine au coeur de la Palestine

Lena Odgaard | Journaliste indépendant danois basé à Ramallah en Cisjordanie Le Musée culturel et historique Réserve de Garni (Arménie) et le paysage culturel palestinien de Battir se partagent cette

Culture

Les frères Nasser sautent sur le Festival de Cannes !

Gaza.  Un huis clos dans un salon de coiffure pour dames qui prouve que « se faire les ongles en pleine guerre à Gaza, c’est déjà résister« . Dramatique ou cocasse. En