Fadwa Tuqan et la poésie arabe

Fadwa Tuqan et la poésie arabe

Fadwa Tuqan est née à Naplouse le 1er mars 1917. Ne ne lui ayant d’abord pas été donné d’étudier, Fadwa Tuqan s’est forgée d’elle-même avec l’aide de son frère Ibrahim Tuqan qui lui apprendra les rudiments de la poésie arabe. Les textes de Fadwa Tuqan, d’abord de forme traditionnelle puis plus libre, sont marqués par la mort prématurée de son frère et par les contraintes politiques et sociales. Sa poésie reflète différents angles de la vie palestinienne et retrace les sentiments personnels –tels que ses premiers recueils intitulés « Mon frere Ibrahim » (1948) et « Seule avec les jours » (1952)- puis devient plus patriotique dès 1967.

Fadwa Tuqan a étudié l’anglais et la littérature anglaise à l’Université d’Oxford de 1962 à 1964 puis a voyagé en Europe. Tuqan est considerée comme une des premières poétesses palestiniennes et a reçu de nombreux prix litteraires tels que le Prix International de Poésie à Palerme (Italie), le Prix Jérusalem pour la Culture et le Prix des Lettres par l’OLP en 1990, le Prix des Emirats Arabes Unis la même année ainsi que le Prix d’Honneur Palestinien pour la Poésie en 1996. Ses écrits incluent ses souvenirs d’enfance dans « Mountainous Journey » (1985), les poèmes « Self-Portrait » et « Martyrs of the Intifada » ainsi que les recueils « Donne-nous de l’amour » (en arabe, 1960), « Avant que la porte ne se ferme » (en arabe, 1967) et « Daily Nightmare » (traduit en anglais, 1988). Elle fut le sujet d’un documentaire filmé dirigé par la romancière Liana Badr en 1999 avant de mourir à Naplouse le 12 décembre 2003 suite à une attaque cérébrale. Son autobiographie en deux volumes a été traduite en français sous les titres : « Le Rocher et la peine » et « Le Cri de la Pierre ».

Un article de Nablus Guide:  http://www.nablusguide.com/

Previous Un orchestre national palestinien...
Next Raed Andoni : cinéaste, palestinien et indépendant !

About author

A lire aussi ...

Général O Commentaire

L’économie de la Palestine par Adel Samara

La tendance de l’économie palestinienne actuelle peut se définir ainsi : se divise – Une économie totalement périphérisée, avec pour unique centre l’Etat d’Israël. Les villes palestiniennes sont dans une

Général O Commentaire

Ramallah Toulouse en cirque

L’Ecole de Cirque de Ramallah à Toulouse L’Ecole de Cirque de Palestine, basée à Ramallah, est une ONG fondée en 2006. Cette école propose des formations aux arts du cirque

Palestine

Ghassan Kanafani : l’intellectuel et la passion de la lutte

« Pour faire la révolution, il ne suffit pas de haïr et de croire au passé. La haine et la foi dans le passé ne sont de bons stimulants que

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!