Et Mickey milite… pour la Palestine

Et Mickey milite… pour la Palestine

Nouvelle victoire de la campagne internationale de boycott, la petite nièce du fondateur de Walt Disney vient d’annoncer qu’elle renonçait à tous les bénéfices de ses investissements dans la firme israélienne de cosmétiques Ahava, vu que cette dernière
exploite des produits de la Mer Morte fabriqués dans des colonies situées dans les territoires palestiniens.

Abigail Disney, petite fille de Roy O. Disney, frère de Walt Disney et co-fondateur de la grande compagnie éponyme, a annoncé qu’elle ne voulait pas « tirer le moindre profit d’une société installée dans une colonie ». « Je ne peux, en mon âme et conscience, profiter du pillage des terres et ressources palestiniennes », a-t-elle déclaré depuis New York, où elle vit avec son mari et ses quatre enfants.

Étant l’un des principaux actionnaires de Shamrock Holdings Incorporated, elle détient environ 18,5 % des parts de Ahava (37 % sont détenues par la colonie illégale de « Mitzpe Shalem », 37% par Hamashbir Holdings, et 7.5% par « Kalia », autre colonie illégale également installée en Cisjordanie occupée).

Et de préciser : « Les preuves que j’ai eues récemment, concernant l’exploitation par Ahava de boues de la Mer Morte provenant de rivages palestiniens occupés, sont incompatibles avec les décisions de La Haye et les Conventions de Genève qui interdisent l’exploitation par une puissance occupante des ressources des territoires qu’elle occupe ».

« En raison de contraintes légales et financières complexes, je ne peux retirer immédiatement mon investissement mais je fais don de tout ce qu’il rapporte avant que je puisse m’en défaire à des organisations œuvrant à mettre fin à cette occupation illégale », a conclu Abigail Disney qui gère des fonds en faveur des femmes, de l’environnement et de la paix.
Source : moqawama

Previous Zeit O' Za'atar à la fête de l'Huma 2012
Next Résistance : le cirque aussi

About author

A lire aussi ...

Palestine O Commentaire

Silence, la machine à censure va sévir …

Oui le machine est lancée ; faire taire Ahlam Shibli. Le travail de la photographe palestinienne provoque la colère du Crif ; comme toujours avec à peu prés les même

Expo "Un autre regard sur la Palestine"

de Fredo Bahd Scènes de liesses et de souffrances, du quotidien comme de l’exceptionnel, les photographies de Fredo Bahd témoignent de son désir de rendre compte de cette «autre Palestine»

Sanaa Moussa

12.10.2012 | Digne-les-Bains Centre culturel René Char 19.10.2012 | Toulon Espace Comedia avec  l’ensemble Nawa Athar  | Sanaa MOUSSA (chant) | Mohammad MOUSSA (chant, oud) | Nassar SOHEEL (kanoun) |