« Cinq caméras brisées » sur France 5

« Cinq caméras brisées » sur France 5

09.10.2012 | 21h20

Documentaire de 52′ de Emad Burnat et Guy Davidi
Coproduit par Alegria Productions / Burnat FIlms Palestine / Guy Dvd Films, avec la participation de France Televisions et le soutien de ITVS International

 

Cinq ans durant, Emad Burnat, petit paysan de Cisjordanie, a filmé la lutte pacifique de son village contre l’édification d’un mur de séparation décidé par les Israéliens. Supposé protéger les colons proches de toute infiltration terroriste, il spolie surtout Bil’in de la moitié de ses terres.

Manifestations, mobilisation des délégations européennes et israéliennes, absence de gradation de la riposte de Tsahal face à des gamins armés de pierres… la caméra est omniprésente. Captant aussi ce qu’on n’a pas l’habitude de voir, ce qui se passe d’ordinaire en toute impunité, quand les journalistes sont partis. Ainsi cette séquence hallucinante où, au cœur de la nuit, les soldats font irruption chez Emad pour l’arrêter, lui interdisant de filmer sous prétexte qu’il est en zone militaire. Dans sa propre maison !

Chronique intime et bucolique

Filmée sur la longueur, cette chronique à la première personne est l’occasion d’un regard inédit, de l’intérieur du conflit. Entrelaçant scènes collectives et fragments intimes et familiaux, images violentes et instants bucoliques, le documentaire, loin d’une vision abstraite du quotidien de Bil’in, nous propulse en quasi-immersion. Il donne ainsi à comprendre la permanence du harcèlement, l’usure face à la répression, la construction dès l’enfance de la rage, la banalité de la spoliation et de l’arbitraire pour les habitants des territoires occupés.

Désamorcé par un commentaire factuel et dépouillé, lu d’un ton distancié par Emad, le film s’interroge sur la nature d’une transmission adultes-enfants parasitée par la brutalité. Appelant à briser le cercle vicieux.

Extrait

 

Le documentaire est suivi d’un débat animé par Carole Gaessler, d’une durée exceptionnelle de 40 mn, avec :
Serge Gorday, producteur du documentaire ; Bernard Guetta, journaliste ; David Chemla, président de l’Association La Paix Maintenant ; Alexandre Adler, « spécialiste » du conflit israélo-palestinien ; Julien Salingue, enseignant en sciences politiques. En duplex : Grégory Philips, correspondant pour Radio France à Jérusalem ; Guy Davidi et Emad Burnat.

Pour les retardataires vous pourrez toujours retrouver le doc sur la télé de rattrapage de France 5

Previous Taysir Batniji, explorateur de frontières
Next Ville et patrimoine en Palestine

About author

A lire aussi ...

Taysir Batniji, explorateur de frontières

Expo Taysir Batniji « Trouble » à Lyon 08/09/2012 | 10/11/2012 « Nul n’est tout à fait mort. Il n’y a que les âmes Qui changent d’apparence et de résidence ». Mahmoud Darwich Peintre

Palestine O Commentaire

Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante

par Sonia Nettnin, Ramallah Online Art de la résistance ou résistance par l’art ? Vera Tamari avait réalisé une installation assez troublante dans les rues de Ramallah ;  laquelle représentait

Le savon de Naplouse d’hier et d’aujourd’hui

“Naplouse est une ville où il fait bon se promener (…) Dieu très haut et tout-puissant l’a comblée de l’arbre béni, l’olivier, et son huile est transportée dans les régions

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!