Banksy « s’invite » à Gaza

Banksy « s’invite » à Gaza

Pour attirer l’attention sur le sort de la bande de Gaza, et les destructions subies lors de la dernière guerre de juillet dernier, le street artist a choisi de taguer… un magnifique lolcat, un chat ludique et rigolo.banksy-2

Le mystérieux graffeur de Bristol, toujours anonyme et inconnu, s’est rendu dans la ville palestinienne en ruines pour y produire des œuvres et sensibiliser l’opinion sur les conditions de vie des habitants. Caméra et bombes de peinture à la main, le street-artiste britannique a habillé et filmé les murs en ruines de Gaza.
Banksy a publié hier sur Youtube un mini-documentaire où il entend attirer l’attention des médias sur la situation en Palestine. La caméra parcourt les rues délabrées de la bande de Gaza, “bien loin des chemins pour touristes“, filme plusieurs enfants qui ne quittent jamais leur village démoli “car les autorités ne les y autorisent pas“, et dévoile au spectateur une zone recluse, bloquée de tous côtés par trois immenses murs d’enceinte et une flotte de navires de guerre.

Intitulée “Make this the year YOU discover a new destination”, la vidéo filme également plusieurs dessins réalisés par Banksy sur les épaves cimentées de Gaza : un chaton jouant avec une boule de métal, une île paradisiaque en trompe l’œil dans le trou d’un mur, une tour de sentinelle devenu balançoire pour enfants…Tous ornent des habitations détruites par les bombardements.

Banksy apporte une précision au dessin géant de ce chat.

“Un habitant local est venu et m’a demandé : ‘S’il vous plaît, qu’est-ce que ça signifie ?’ J’ai expliqué que je voulais révéler au grand jour la destruction de Gaza en postant des photos sur mon site, et sur Internet, les gens ne remarquent que les photos de chatons.

Le documentaire de Banksy se termine sur un tag univoque : “Si, dans un conflit entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas, nous nous en lavons les mains, nous sommes du côté de ceux qui ont le pouvoir – nous ne sommes pas neutres”.

Previous "La Cigogne" d'Akram Musallam
Next Les chebabs de Yarmouk

About author

A lire aussi ...

Culture O Commentaire

Une seule salle de cinéma en Palestine ?

La réalisatrice palestinienne Enas Muthaffar vit et travaille à Jérusalem. Dans ses films, elle aborde les difficultés et le quotidien des Palestiniens. Invitée dans des festivals à travers l’Europe et

Cinéma

La résistance palestinienne récompensée au Feofd

La 2e édition du Festival Europe-Orient du film documentaire, un événement initié par l’Association marocaine des études médiatiques et des films documentaires (AMEMFD), a remis son Grand Prix le 13

Culture O Commentaire

Raed Andoni : cinéaste, palestinien et indépendant !

Né en 1967 en Cisjordanie, Raed Andoni mène un parcours d’autodidacte qui l’associe dès 1997 au développement du cinéma indépendant en Palestine. Producteur avant de devenir réalisateur, il est le