Automne palestinien en Cévennes

Automne palestinien en Cévennes

C’est la 4e édition de cette semaine palestinienne

Le cinéma « les Arcades »  proposent ces quinze prochains jours des  films palestiniens, dans le cadre de la 4ème édition de la Semaine Palestinienne.

Trois oeuvres majeures sont à l’affiche : « My Land« , de Nabil Ayouch. « Un recueil de témoignages de Palestiniens d’après 1948« , explique Sylvain Lazare, directeur du circuit du cinéma les Arcades. 1948, marquant l’arrivée des premiers juifs en Palestine, aujourd’hui appelé Israël. Une comédie « Téléphone arabe » et un long-métrage « Zindeeq » est aussi proposé… Toutes en version originale !  » A travers différents registres ont veut laisser s’exprimer les divers points de vue (…) sur la situation actuelle en Palestine« , rajoute le directeur. Un sujet brûlant !

3 débats organisés

La semaine prochain, 3 débats seront organisés suite aux projections des oeuvres. Ainsi le 15 octobre, des échanges seront proposés à 21h30, après la diffusion du film « Zindeeg ». Le 18 octobre à 20h30, un débat sera organisé avec Taoufik Tahani, vice-président de l’association France Palestine. Enfin, le 22 octobre, des discutions emboîteront le pas, à 19H15, à la comédie « Téléphone arabe ».  »Vous savez, nous sommes un peu comme une librairie… Autant nous présentons les derniers succès, autant nous projetons de ‘petites perles poétiques’« . Bonne découverte !

Previous Sanaa Moussa
Next Zebda, "une vie de moins"

About author

A lire aussi ...

Palestine O Commentaire

Véra Tamari : une œuvre éphémère et gênante

par Sonia Nettnin, Ramallah Online Art de la résistance ou résistance par l’art ? Vera Tamari avait réalisé une installation assez troublante dans les rues de Ramallah ;  laquelle représentait

Culture O Commentaire

Diwan Voyage : découvrir la Palestine autrement

Une découverte authentique de la Palestine Diwan Voyage propose des séjours et circuits dans lesquels les thèmes se chevauchent et se croisent aux grés des itinéraires. Œuvrer pour un tourisme

Sahar Khalifa, une nostalgie palestinienne

En 60 ans de vie, Sahar Khalifa n’a quitté la Palestine que pour aller préparer un doctorat aux Etats-Unis. Cela a duré sept ans, durant lesquels son pays resurgissait dans

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!