Ahlam Shibli présentera « Death » à Palestine en Campagne

Ahlam Shibli présentera « Death » à Palestine en Campagne

Après avoir été présentée à Barcelone, au MACBA, sans avoir soulevé la moindre protestation, c’est donc au Musée du Jeu de Paume, à Paris, que la photographe palestinienne Ahlam Shibli présente une exposition intitulée « Foyer Fantôme », et qui présente six séries photographiques que l’artiste a réalisées au cours des dix dernières années.

L’une d’entre elles s’intéresse à des LGBT de pays orientaux, une autre à des orphelins polonais, une autre série s’interrogent sur les mémoriaux de Corrèze, consacrés pour certains aux victimes du nazisme, et d’autres aux soldats français tombés lors de guerres coloniales.
De ces autres séries, nous allons parler, car il faut resituer celle qui fait polémique à l’aune du reste du travail d’Ahlam Shibli.
La série dont on a beaucoup parlé s’intitule « Death », et regroupe 68 photographies prises en Palestine en 2011 et 2012.

Elle s’intéresse aux représentations des combattants palestiniens, morts dans des circonstances diverses, que ce soit aussi bien lors d’incursions de l’armée israélienne dans les territoires que lors d’attentats suicides perpétrés par des palestiniens.
Affiches dans les rues, photos dans les salons de leurs familles, graffitis dans les rues, tombes ornées d’images des disparus, Ahlam Shibli montre ces différentes représentations.
Précisons que l’artiste prend toujours le soin de rédiger elle-même, toujours, les cartels de ses photographies, les légendes des images.

Source :
France Culture (Arnaud Laporte) 

Expo au Musée du Jeu de Paume Phantom Home
Jusqu’au 01/09/2013

Previous Omar de Hany Abu-Assad, un pur film de genre palestinien
Next Al Koufiyeh en exclusivité à Palestine en campagne

About author

A lire aussi ...

Un orchestre national palestinien…

BETHLÉEM (Ma’an) – un Orchestre national palestinien nouvellement formé exécutera son premier concert le Jour de l’an. Son programme inclut la nouvelle et ancienne musique classique palestinienne, à côté de

Le Knafeh de Naplouse

Knafeh Nabulsiyyeh La knafeh, qui fait la célébrité de Naplouse dans tout le Proche Orient, n’est pas un plat que l’on prépare à la maison mais plutôt que l’on achète

Annemarie Jacir, une poétesse derrière la caméra

Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne travaille dans la production indépendante depuis 1994; elle a écrit, réalisé et produit de nombreux court-métrages dont « A post Oslo history » (1998), « The satellite shooters » (2001)

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!