La medjoul de Palestine, reine des dattes

La medjoul de Palestine, reine des dattes

C’est une variété de grosse, d’énorme datte (la plus grande qui existe) qui est extrêmement moelleuse et charnue. Ces qualités viennent du fait qu’elle est récoltée lorsqu’elle arrive à maturité optimale. Elle est totalement naturelle car conditionnée dès qu’elle est récoltée et sans aucun traitement.

Cette datte est plus grosse que la moyenne  la taille du  pouce,  et ressemble davantage à un fruit frais que les dattes rabougries habituelles. Sa peau n’est  pas gluante et présente un aspect légèrement voilé.

Lorsque l’on croque dans la datte, on se heurte à une légère résistance de la peau, puis celle-ci cède sous l’incisive avec un léger craquement tandis que la dent, surprise, trouve tout de suite une chair incroyablement fondante.
Gardez cette masse fondante en bouche et analysez-en les saveurs : c’est subtil, assez indéfinissable, avec des notes qui me font penser à un tout petit peu de réglisse et de thé noir au lait.

L’odeur, à peine présente lorsque la dent n’a pas encore troué l’enveloppe de la datte,devient perceptible une odeur suave et profonde à la fois, très agréable.

Si l’on regarde le fruit à ce stade de la dégustation, on distingue bien la peau, puis la chair fondante, puis des tissus plus fibreux autour du noyau. Si on met la datte devant une source lumineuse, elle est légèrement translucide et d’une belle couleur caramel sombre.

Previous Le psychiatre palestinien Eyad El-Sarraj a reçu le prix Olof Palme
Next "Secrets de Palestine", un livre de recettes de cuisine palestinienne en français

About author

A lire aussi ...

Patrimoine O Commentaire

Le savon de Naplouse d’hier et d’aujourd’hui

“Naplouse est une ville où il fait bon se promener (…) Dieu très haut et tout-puissant l’a comblée de l’arbre béni, l’olivier, et son huile est transportée dans les régions

Patrimoine O Commentaire

Taysir Batniji, explorateur de frontières

Expo Taysir Batniji « Trouble » à Lyon 08/09/2012 | 10/11/2012 « Nul n’est tout à fait mort. Il n’y a que les âmes Qui changent d’apparence et de résidence ». Mahmoud Darwich Peintre

Patrimoine O Commentaire

"L’Histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953"

de Sandrine Mansour Merien, Docteur en histoire contemporaine Le livre L’auteur, historienne palestinienne, y développe une approche différente et nouvelle des conflits arabo-sionistes, et replace la Catastrophe, traduction française du

O Commentaire

Aucun commentaire

You can be first to comment this post!